NBA – En 1950, le premier joueur noir débarquait sous un flot d’insultes

Avant 1950, la NBA était une ligue sportive interdite aux afro-américains. À cette époque, le pivot George Mikan dominait sous le maillot des Minneapolis Lakers, dans un championnat exclusivement composé de joueurs blancs. Mais l’année 1950 marque un tournant majeur, avec la draft du tout premier joueur noir de l’histoire. Entre remarques racistes et premiers pas vers l’ouverture, flashback.

Publicité

Quatre ans après le tout premier match de l’histoire de la ligue, la draft 1950, le 25 avril à Chicago, est le théâtre d’une révolution en NBA avec l’arrivée de joueurs noirs dans certains effectifs. Au sein d’une Amérique marquée par la ségrégation, la plupart des propriétaires voient d’un très mauvais œil cette nouveauté.

Informé de la volonté de Walter Brown, le propriétaire des Celtics, de sélectionner un Afro-américain du nom de Chuck Cooper, l’un des membres du staff de l’époque lui glisse à l’oreille :

Walter, ne sais-tu pas que c’est un noir ?

Publicité

La réponse du propriétaire et fondateur des Celtics, en avance sur son temps, est on ne peut plus claire :

Je me fous de sa couleur de peau, les Boston Celtics sélectionneront Chuck Cooper de l’Université de Duquesne

Choisi en première position du second tour de la draft, Chuck Cooper évoluera quatre saisons dans l’effectif de Red Auerbach du côté de Boston. Il jouera par la suite sous les maillots des Hawks de Milwaukee et des Fort Wayne Pistons, pour un total de 409 matchs dans la ligue. Sur l’ensemble de sa carrière, l’ailier présentera des statistiques de 6.5 points et 5.9 rebonds par match en moyenne.

Lire aussi | L’histoire derrière le honteux surnom raciste des Knicks en 1970

Publicité

La même année que Cooper, en 1950, la NBA voit également arriver Nat « Sweetwater » Clifton dans l’effectif des Knicks, en provenance des Harlem Globe Trotters. Il deviendra ainsi le premier joueur noir à signer un contrat avec une franchise NBA, à 27 ans, et permettra notamment à New-York de participer à ses premières finales NBA.

Sur un plan purement temporel, le tout premier afro-américain à avoir foulé un parquet NBA se nomme quant à lui Earl Lloyd, sélectionné en 100ème position de la draft 1950. Son équipe des Washington Capitals débutait sa saison le 31 octobre, quelques jours avant celles de Cooper et Clifton. Lloyd effectuera neuf saisons dans la ligue, avec des moyennes de 10.2 points et 7.7 rebonds.

Publicité

Si ces pionniers précisent que l’ambiance entre joueurs a toujours été bonne, ils ont malheureusement été confrontés à des situations inacceptables dans leur quotidien. Crachats de fans, interdiction de dormir ou de manger dans des hôtels avec le reste de l’équipe… Des situations révoltantes qui ont pris fin avec le mouvement des droits civiques et la fin de la ségrégation.


Publicité

Quoiqu’il en soit, ces évènements ont marqué le début d’un gros virage en NBA, qui se compose aujourd’hui principalement de joueurs d’origines afro-américaines. Les noms de ces pionniers, bien qu’anonymes pour le grand public, valent donc la peine d’être rappelés.

NBA 24/24 NBA Flashback

Les dernières actualités