Comme depuis trois ans, Sopron s’est imposée en finale du championnat hongrois, cette fois face à Atomeromu, pour décrocher le 12ème titre de championne de son histoire.

La troisième manche entre les deux équipes s’est rapidement révélée être le grand combat attendu, Atomeromu rattrapant son retard à chaque écart créé par son adversaire ! Et à l’image des deux matchs précédents, c’est bien Sopron qui a mieux géré la fin de rencontre pour finalement s’imposer au bout du suspens 66-69, après un dernier échec à trois points d’Agnès Studer du côté des perdantes.

L’Uniqa peut remercier Aleksandra Crvendakic. La poste 3-4 s’est fendue de 19 points et 11 rebonds, bien épaulée par Yvonne Turner avec ses 18 points. L’ancienne joueuse de LFB Danielle Page, arrivée en cours de saison en Hongrie, a de son côté enregistré 5 points, et déclarait après la victoire de son équipe :

« Nous avons travaillé comme une vraie équipe aujourd’hui ! Nous avons joué de manière fantastique en défense, on s’est vraiment bien entraidées, et cela nous a conduit au succès. »

L’entraineur de Sopron, Roberto Iniguez, a lui aussi pu exprimer sa joie après avoir décroché ce nouveau titre de championnes.

« Je suis fier de mes joueuses ! Je tiens à féliciter la puissance de notre collectif, son atmosphère global et le travail incroyable que tout le monde a fourni cette saison. Nous sommes allés jusqu’en finale d’Euroligue, et malgré de nombreuses difficultés, nous avons désormais remporté le championnat en trois manches ! Les joueuses étaient incroyables. Je leur ai dit de profiter du succès, elles le méritent vraiment ! Je pense que d’ici plusieurs années, elles parleront encore beaucoup de ce qu’elles ont réalisé cette année. »

Malgré l’échec en finale de la compétition européenne, qui plus est à domicile, les joueuses de Sopron peuvent désormais se consoler avec ce titre national.

À lire également : L’USO Mondeville voit sa sanction confirmée