NBA – 4 mai 1994 : Charles Barkley plante 56 points de fierté à Oakland

0

Lors des playoffs 1986, Michael Jordan plantait 63 pointssur les Celtics de Larry Bird. Peu de joueurs ont depuis approché cette marque, et aucun n’en a été aussi près que Charles Barkley, qui enregistrait 56 points à l’occasion des phases finales de 1994.

En ces playoffs 1994, les Suns se retrouvent confrontés à Golden State au premier tour. Une jolie opposition en perspective, avec Kevin Johnson, Dan Majerle et Charles Barkley d’un côté, Chris Mullin, Latrell Sprewell et Chris Webber de l’autre.

Cependant, après deux premières victoires dans l’Arizona, les joueurs de Phoenix peuvent conclure la série dès la troisième rencontre, cette fois-ci à Oakland. Kevin Johnson sort d’une performance à 38 points et 9 passes dans le Game 2, ce qui pousse Don Nelson à demander à ses joueurs d’effectuer des prises à deux seulement sur le meneur des Suns, et ainsi laisser Barkley en un-contre-un.

Voici donc la consigne pour le Game 3, qui se déroule un 4 mai 1994. Réputé pour ses paris osés mais souvent payants, le coach des Warriors verra malheureusement celui-ci s’écrouler sous les assauts de l’ailier fort. Son coéquipier Danny Ainge déclarera d’ailleurs à la suite de la rencontre :

Ils lui ont lancé un défi. Et la seule chose que je ne fais jamais, c’est lancer un défi à Charles Barkley.

A lire également : 25 mai 1993, quand Charles Barkley détrônait Michael Jordan

Celui-ci rayonne sur le terrain grâce à son énergie, et force ses défenseurs à rejoindre rapidement leur banc à cause de problèmes de fautes. Sir Charles s’amuse dans la raquette des Dubs et fait aussi parler son shoot de loin.

Il termine la rencontre à 23/31 au tir, dont un joli 3/4 à trois points, pour un total final de 56 points dans la victoire de son équipe 133-140. Ses highlights complets dans la vidéo ci-dessous :

Après la rencontre, Chris Webber puis Chris Mullin ne manquent d’ailleurs pas de saluer la prouesse du Chuckster :

Il a tout simplement été incroyable. Il a pris des mauvais shoots et ils sont rentrés. Il a même tenté des fadeaways à deux points et des stepbacks derrière l’arc. Quand il est comme ça, vous pouvez effectuer des prises à trois sur lui sans que ça ne l’affecte.

Sa performance était digne de Michael Jordan, affirma de son côté Chris Mullin. C’était vraiment le cas. Tous les tirs qu’il a tenté finissaient par rentrer. C’était incroyable.

Les Suns s’inclineront finalement au tour suivant face aux Rockets d’Hakeem Olajuwon, au terme d’une série très disputée qui se finira au Game 7. La prestation de Charles Barkley reste dans tous les cas dans l’histoire de la ligue comme l’une des plus grandes jamais réalisées en playoffs.

Mais aussi : La poignante histoire de Charles Barkley et Lin Wang, aujourd’hui décédé

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.