Premier high-flyer de l’histoire, Dr J. est souvent associé à ses actions spectaculaires, sa fluidité de mouvement et son temps de suspension incroyable. Le 11 mai 1980, la légende des Sixers s’est permis de combiner ces trois aspects pour réaliser l’une des actions les plus mémorables de l’histoire de la ligue.

Le Game 4 des finales 1980, qui oppose Philadelphie aux redoutables Lakers de Magic Johnson et Kareem Abdul-Jabbar, voit les deux équipes au coude-à-coude dans la quatrième quart-temps. Les Lakers mènent alors 2 victoires à 1, et un succès des Angelinos leur donnerait donc un bel avantage dans l’optique du titre.

Cependant, Julius Erving ne compte pas rendre les armes aussi facilement. Auteur de 23 points sur la rencontre, le Docteur livre dans le quatrième quart-temps l’un de ces moves dont il a le secret.

Alors qu’il est marqué par Mark Landsberger, défenseur assez lent, il reçoit le ballon sur la droite du demi-terrain et décide de partir en drive. Il dépose facilement l’ailier grâce à sa vitesse et voit ensuite arriver Kareem Abdul-Jabbar en aide dans la peinture. Erving est alors déjà en l’air pour effectuer son layup, et ne peut donc plus faire machine arrière.

C’est à ce moment que le génie et les capacités physiques du joueur des Sixers entrent en scène. Pour contourner le contre de KAJ, Dr J. parvient à détourner légèrement son corps pour éviter le contact avec son adversaire, ce qui le situe quasiment derrière la planche.

A lire également : Combien gagnaient les joueurs il y a 30 ans ?

Grâce à sa longueur de bras, il réussit à atteindre l’autre côté du panier et ainsi tenter son tir. Aussi impossible cette action puisse paraître, Julius inscrit ses deux points sous les yeux d’un Magic Johnson ébahi.

J’étais là à essayer de remporter un titre, et je me retrouve la bouche grande ouverte. Il a vraiment fait ça ! Je me suis dit « Qu’est-ce qu’on doit faire ? Est-ce qu’on doit sortir le ballon ou bien lui demander de refaire ça ? »

C’est toujours à ce jour le plus beau move que j’ai jamais vu dans un match de basket, le meilleur de tous les temps.

Les Sixers s’imposeront finalement 105-102 à l’issue de la rencontre, mais verront le titre de champions leur filer entre les mains après une défaite en six matchs. Cependant, comme l’a affirmé Magic Johnson, ce geste reste l’un des plus beaux de l’histoire de la NBA.

Mais aussi : Les plus grosses bagarres de la ligue depuis 1980