Il est le dernier maillon du Big 3 historique de San Antonio à avoir quitté le navire, Manu Ginobili a définitivement mis un terme à sa carrière de joueur le 27 août dernier. Cependant, on se doutait qu’il n’allait pas rester très longtemps éloigné des parquets, et pour cause, Gino pourrait coacher avec Gregg Popovich s’il le désire.


La dernière pièce de l’âge d’or des Spurs s’est officiellement retirée le 27 août dernier. Après 4 bagues, 2 All-Star Game, 2 All-NBA Team et 1 titre de sixième homme de l’année, Manu Ginobili a laissé un grand vide à San Antonio comme dans l’ensemble de la Ligue. Heureusement pour toute la planète basket, on pourrait rapidement revoir l’Argentin sur les parquets … aux côtés de Gregg Popovich. Selon un tweet d’Adrian Wojnarowski, le 57ème choix de la draft 1999 aurait l’occasion d’intégrer le coaching staff de la franchise texane si l’envie s’en fait sentir.

Grâce à ses vastes connaissances, son Q.I basket bien au-dessus de la moyenne, ainsi que son expérience européenne, américaine et internationale, le natif de Bahia Blanca est un candidat au profil parfait pour garnir le staff des Spurs. Avec ses 4 titres et son aura, Gino joui en plus d’une totale légitimité lui permettant de s’installer confortablement dans l’organigramme de la franchise s’il le désire. Ajoutez à cela sa relation de longue date avec Gregg Popovich et le directeur général, R.C. Buford, et vous aurez peut-être une chance de le voir devenir head coach à l’avenir.

En 16 ans de carrière et 1057 rencontres sous la tunique grise et noire, Manu a compilé 13.3 points, 3.5 rebonds, 3.8 passes décisives et 1.3 interception de moyenne. De plus, il aurait pu facilement intégrer le 5 majeur de n’importe quelle équipe, mais quoi de plus beau que rester toute sa carrière dans l’une des plus grandes structures de l’histoire du sport US ?

S’il pouvait transposer ses qualités au métier de coach, le succès des Spurs serait probablement naturel. En tout cas, nous, on signe tout de suite pour le voir en costume tous les soirs sur la chaise voisine du grand Pop.

A lire également : DeMar DeRozan a laissé la rancœur de côté, San Antonio est un nouveau challenge !