NBA – Quand Duncan et Kobe remballaient Draymond Green, à leur manière

0

Si Draymond Green est réputé pour parler en permanence sur le terrain, ce genre de joueur qui cherche toujours à faire sortir son adversaire du match, il y a pourtant deux gars avec lesquels il n’a jamais tenté à plus d’une reprise : Tim Duncan et Kobe Bryant. 

Publicité

C’est lors d’un entretien pour ESPN que Draymond Green revenait au fil de la discussion sur ses premières années en NBA. Drafté en 2012 par les Warriors, le jeune joueur a rapidement cherché à s’affirmer dans la ligue américaine, en s’appuyant sur sa personnalité et l’une de ses compétences premières : la provocation.

Provoquer l’adversaire jusqu’au moment où il finit par complètement sortir de son match : voilà pour le rookie Green un bon moyen de s’imposer sur les parquets. Mais parfois, certains joueurs sont plus coriaces que d’autres, voire parfois même plus forts que l’agresseur verbal.

Draymond avouait ainsi que deux joueurs de la ligue, à l’époque, l’avaient tellement rembarré la première fois qu’il n’avait plus jamais cherché à les provoquer : Kobe Bryant et Tim Duncan.

Concernant Duncan, son comportement de marbre avait suffit à calmer la jeune pousse des Warriors lors de leur premier « accrochage » :

Il y a quelques années en arrière j’ai essayé de provoquer Tim, et il était là comme un arbre, à me regarder fixement. Aucune expression. J’ai dit : « Ok ça sert à rien. » Je n’ai plus jamais cherché à parler.

Depuis ce jour, chaque fois qu’il tombait, j’étais la première personne à l’aider à se relever, comme si j’étais son coéquipier.

Lire aussi | Quand Shaquille O’Neal prenait Tim Duncan de haut et se faisait corriger

Une séquence pas vraiment étonnante lorsque l’on connait un peu la personnalité de Tim Duncan, toujours très calme sur le terrain. Une autre anecdote assez amusante est celle de son trash-talking complètement nul mais très efficace face à Kevin Garnett.

Pour en revenir à notre histoire, du côté de Kobe Bryant, c’est tout simplement son franc-parler qui avait fait taire à jamais le jeune Draymond Green. Le venin du Black Mamba en quelque sorte, toujours incisif lorsqu’il s’agissait de trash-talker sauvagement :

Alors que les Lakers pouvaient finir au buzzer, Mark Jackson m’a mis en défense sur Kobe et j’ai réussi à le stopper. J’étais là tout fier genre « c’est ça mon gars, défense de fer ».

Kobe m’a regardé comme si j’étais dingue et m’a dit : « ce tir raté n’a rien à voir avec toi. Assieds-toi ».

J’ai dit « Oh merde ! Ok, salut »

A l’image d’un louveteau qui se fait remettre à sa place par les chefs de meute, Draymond Green n’a jamais cherché à provoquer à nouveau Kobe Bryant et Tim Duncan. Une vraie leçon de vie. 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.