Publicité

NBA – Les 5 meilleures performances au scoring le soir d’Halloween

Halloween est une fête particulièrement appréciée par les Américains. Et en NBA, il s’agit d’un événement que l’on ne néglige pas. Si les costumes et les festivités sont toujours au rendez-vous, les joueurs ont également souvent réalisé des performances marquantes à cette occasion.

Cette nuit, Derrick Rose a frappé un grand coup dans le monde de la NBA. Alors que nombreux étaient ceux qui ne le sentaient plus capable de ce genre de performance, le MVP 2011 a pourtant bel et bien explosé son record en carrière la nuit derrière, dans l’émotion la plus totale. Avec ses 50 points, il a réalisé la deuxième meilleure performance (ex aequo) au scoring de l’histoire de la NBA le jour d’Halloween. Si Chris Paul (42 points, 15 passes et 6 interceptions en 2013), James Harden (37 points, 12 passes en 2012) ou encore Hakeem Olajuwon (30 points, 19 rebonds en 1985) ont réalisé de sacrées perfs statistiques en cette occasion, nous nous sommes attardés, pour cette fois, uniquement sur la colonne du scoring.

On vous a donc ressorti les 5 plus gros cartons offensifs recensés lors de ce jour spécial !

[dropcap size=big]#1[/dropcap]

Stephen Curry (Golden State Warriors) – 53 points contre New Orleans en 2015

À ce jour, personne n’a fait mieux. Nous sommes le 31 octobre 2015, la saison régulière a débuté depuis 4 jours et Stephen Curry marche sur l’eau. Porté par son premier titre de champion NBA et un trophée de MVP acquis quelques mois plus tôt, le meneur est la nouvelle superstar de la NBA et rien ne semble pouvoir l’arrêter alors qu’il est en train de révolutionner la NBA avec un style de jeu inédit. Ce jour-là, il titille son record en carrière et en fait voir de toutes les couleurs aux Pelicans (53 points, 9 passes). Une leçon de justesse et de folie à la fois, marquée par des actions restées collectors et un total de 28 points dans le troisième quart-temps. Aujourd’hui, ce genre de performance en deviendrait presque « banale » tant ce petit génie nous y a habitué, mais à l’époque celle-ci avait retourné tout ses spectateurs. De leur côté, les Warriors étaient lancés et enchaîneront 24 victoires consécutives pour lancer leur saison.

À noter que Chef Curry aime particulièrement ce rendez-vous puisque sur ses 3 dernières apparitions, hier inclus, il tourne à 42,6 points.

https://www.youtube.com/watch?v=Ms8CcnbGEnk

[dropcap size=big]#2[/dropcap]

Rashard Lewis (Seattle Supersonics) – 50 points contre les Clippers en 2003

Lieutenant de Ray Allen à Seattle puis chaînon indispensable au sein du Orlando Magic finaliste NBA en 2009, Rashard Lewis était un attaquant redoutable. Poste 3 de très grande taille et shooteur prolifique et adroit, il était compliqué de trouver une solution contre lui lorsqu’il prenait feu. Le contexte était spécial puisque le match se jouait au Japon, à la Saitama Super Arena dans le cadre des NBA Global Games. Mais Lewis ne perd pas ses marques ni ses bonnes habitudes. Ray Allen absent pour les deux premiers mois de la saison, il porte l’attaque des Supersonics de son talent et en colle 50 aux Clippers. Record en carrière et victoire à la clé ! Une vraie « nuit d’horreur » pour ses adversaires qui ont dû en faire de sérieux cauchemars.


[dropcap size=big]#3[/dropcap]

Adrian Dantley (Utah Jazz) – 50 points contre Dallas en 1980

Les plus jeunes d’entre vous n’en ont peut-être jamais entendu parler. Lorsque l’on évoque les scoreurs les plus réguliers, le nom d’Adrian Dantley revient que très rarement. Et sans doute à tort. Dans les années 80, cet ailier a enchaîné quatre saisons consécutives à plus de 30 points et possède une moyenne de 24 points en carrière. Face aux Mavericks, ce soir d’octobre 1980, il réalisa l’un des 6 matchs à plus de 50 points de sa carrière. Pour l’anecdote, il terminera meilleur marqueur de la ligue cette saison-là. Sous-estimé vous avez dit ?

[dropcap size=big]#4[/dropcap]

Latrell Sprewell (Golden State Warriors) – 45 contre Minnesota en 1997

Cinquième meilleur marqueur de la ligue en 1997, Spree commence cette nouvelle saison avec un nouveau statut. Pour son premier match, il ne déçoit pas face aux Minnesota Timberwolves, franchise qu’il rejoindra quelques années plus tard pour y terminer sa frustrante carrière. Face à une belle équipe composée de Kevin Garnett, Tom Gugliotta et Stephon Marbury, ce scoreur que rien n’effraie délivre une grosse performance individuelle qui n’évitera pas la défaite de son équipe. Un coup de chaud qui n’aura aucune suite. Leader d’attaque de Warriors catastrophiques, le vestiaire implose et il tente d’étrangler son coach lors d’un entraînement. Il sera lourdement sanctionné et sa saison sera écourtée après seulement 14 matchs.


[dropcap size=big]#5[/dropcap]

Jerry Stackhouse (Detroit Pistons) – 44 contre Toronto en 2000

All-Star cette année-là, Jerry Stackhouse lança sa saison sur les chapeaux de roue. 44 points dès l’ouverture pour punir les malheureux Raptors de Vince Carter (26 points). Dunks, isos, fadeaways, shoots en déséquilibre… toute la palette y passe. Dans une saison compliquée pour les Pistons après le départ de Grant Hill, ses 29 points de moyenne seront le petit rayon de soleil des fans. Seul Allen Iverson affichera une meilleure moyenne de points cette saison-là.

Lorsqu’on sait que Michael Jordan n’a joué que deux matchs d’Halloween durant sa carrière, on s’aperçoit que certains joueurs ont eu davantage l’occasion de briller un 31 octobre que d’autres. Mais il est intéressant de constater que ce top 5 est assez loin de celui qu’on imaginerait instinctivement. Composé, hormis Steph Curry, de très bon scoreurs dont les qualités ont souvent été oubliées, voilà une parfaite occasion de remettre leurs noms en lumière. Tout comme celui de D-Rose a pu renaître la nuit dernière.

À lire également : Quand la NBA fait flipper… 4 histoires à vous glacer le sang

En direct : toute l'actu NBA