Indiscutablement reconnu comme l’un des meilleurs défenseurs de la Ligue, Rudy Gobert a toujours eu du mal à se faire remarquer de l’autre côté du terrain. Le pivot s’est donc fixé comme objectif d’avoir un réel impact en attaque cette saison.

Impuissant face à la fantastique performance de Derrick Rose cette nuit, Rudy Gobert a tout de même réalisé un match très solide avec 22 points, 13 rebonds, 3 passes et 3 contres. Si le Français nous avait habitués à ce genre de chiffres au niveau des rebonds et des contres, sa performance au scoring est suffisamment rare pour être soulignée. Cette envie d’être plus présent offensivement est néanmoins présente depuis le début de la saison : le joueur du Jazz tourne à 18.3 points par match, sa meilleure performance depuis son arrivée en NBA en 2013. C’est également la première fois qu’il dépasse la barre des quinze points de moyenne. Pour The Athletic, Gobert a confié qu’il espérait poursuivre sa lancée :

Je veux montrer que je ne suis pas seulement une star en défense. Je peux être une star offensive aussi.

Bien aidé par les deux «playmakers» que sont Ricky Rubio et Joe Ingles, le meilleur défenseur 2018 participe bien plus aux phases offensives qu’auparavant et ne se contente pas de poser des écrans. Et à l’image de son efficacité défensive qui ne se remarque pas forcément en jetant un oeil aux statistiques, sa présence offensive donne aussi des options supplémentaires à son coach Quin Snyder :

Très souvent Rudy pose son écran et court vers le panier, et même s’il n’est pas trouvé, cela libère d’autre joueurs sur le terrain. Je suis content de voir qu’il est récompensé pour ce travail qui est bien souvent ingrat.

Il est encore trop tôt pour dire si Rudy Gobert va continuer réaliser des performances similaires mais le pivot a bien souvent donné tort à ses détracteurs depuis le début de sa carrière. On lui fait donc confiance pour prouver qu’il fait bien partie des meilleurs pivots de la Ligue.

A lire également : Notre portrait de Rudy Gobert, son parcours, son enfance