NCAA – Les principaux prospects à suivre pour la saison 2018-2019

Zion Williamson, Nassir Little et R.J. Barrett

La saison NCAA débutant dans la nuit de mardi à mercredi, on vous propose ici une liste des jeunes pépites sur lesquelles il faudra garder un oeil tout au long de l’année. Profitez-en, ces joueurs pourraient rapidement faire le grand saut pour la NBA…

[dropcap size=big]1.[/dropcap]
R.J. BARRETT (2m01, Duke Blue Devils)

On l’a déjà évoqué à de nombreuses reprises, la classe de freshmen de Duke s’annonce effrayante cette saison. Porte-étendard de ce recrutement de haute volée, R.J. Barrett a déjà tout du numéro 1 de la draft 2019. Sous le feu des projecteurs depuis plusieurs années pour ses performances sous le maillot du lycée de Montverde, mais aussi pour son équipe nationale du Canada, l’arrière/ailier est avant tout un gros scoreur. Intelligent avec le ballon, physiquement prêt pour le saut vers la NBA, agressif et adroit dans ses pénétrations, tenace défensivement… Ses seules lacunes peuvent se situer dans son shoot extérieur. Avec une moyenne de 31% à 3 points dans sa carrière, et un pourcentage aux lancers francs encore perfectible (65%), Barrett sait quels domaines il devra travailler pour améliorer encore plus sa cote auprès des scouts. Son entente sur les parquets avec ses nouveaux partenaires, dont il sera question plus tard, sera également scrutée.
Premier match : Kentucky – Duke, mercredi 6 novembre, 3h30

______________________________________

[dropcap size=big]2.[/dropcap]
NASSIR LITTLE (1m98, North Carolina Tar Heels)

Sa cote n’a cessé de grimper au fil de la saison dernière, au point d’être désormais évoqué dans la course au first pick de la prochaine draft. Jusqu’ici joueur de l’Orlando Christian Prep, en Floride, Nassir Little impressionne par son physique et sa puissance. Du haut de son mètre 98 et de ses 100kg, cet ailier, qui peut aussi évoluer en poste 4 malgré sa relative petite taille, possède également une bonne énergie défensive et un shoot extérieur fiable (38% à 3 points). Sélectionné pour le McDonald’s All American (l’équivalent du All-Star Game pour les joueurs lycéens) ainsi que le Jordan Brand Classic, il a obtenu le titre de MVP dans ces deux rencontres, cumulant respectivement 28 et 24 points. Son handle reste encore à développer, tout comme sa finition près du cercle, mais nul doute que Little progressera dans un programme aussi renommé que celui de North Carolina.
Premier match : North Carolina – Wofford, mercredi 6 novembre, 1h00

______________________________________

[dropcap size=big]3.[/dropcap]
ZION WILLIAMSON (2m01, Duke Blue Devils)

On ne le présente même plus. Ne cherchez pas plus loin le freak de cette cuvée, Zion Williamson débarque en NCAA pour tout détruire sur son passage. Ce véritable athlète (1m98, 125kg) ne se sert pas uniquement de son physique atypique, mais possède également un très bon handle et des qualités de finition exceptionnelles près du cercle. Joueur intelligent sachant aussi se distinguer à la passe, il sait se montrer très intimidant en défense et a fait réagir plus d’une fois la toile pour des contres des plus spectaculaires. Sa petite taille pour son poste d’ailier fort pourrait à terme s’avérer être un problème, tout comme son adresse extérieure encore très faible. Williamson devrait en tout cas encore squatter les réseaux sociaux pour des actions dont lui seul a le secret.
Premier match : Kentucky – Duke, mercredi 7 novembre, 3h30

______________________________________

[dropcap size=big]4.[/dropcap]
ROMEO LANGFORD (1m98, Indiana Hoosiers)

Dans une classe remplie d’ailiers prometteurs, Romeo Langford constitue un profil très intéressant. Ayant décliné les offres de nombreuses universités plus réputées, l’ancien du lycée de New Albany a préféré rester dans son état pour poursuivre son développement. Il sera sans conteste la star de cette équipe des Hoosiers. Lui aussi scoreur par nature, son habileté à provoquer des fautes et se rendre sur la ligne des lancers sera une grande force. Du côté défensif, sa taille et son envergure (2m11) laissent présager d’un immense potentiel pour son poste. Son shoot à 3 points laisse cependant encore à désirer, avec une moyenne de 30% en carrière derrière l’arc.
Premier match : Chicago State – Indiana, mercredi 7 novembre, 0h30

______________________________________

[dropcap size=big]5.[/dropcap]
QUENTIN GRIMES (1m96, Kansas Jayhawks)

Classée numéro 1 au ranking à l’aube de la saison malgré les départs de Devonte Graham et Sviatoslav Mykhailiuk lors de la dernière draft, l’université de Kansas est parvenue à recruter l’un des top prospects du pays. Quentin Grimes se situera en effet parmi les arrières freshmen les plus scrutés cette année, et possède une belle carte à jouer dans la riche rotation des Jayhawks. Ancien du lycée Woodlands College Park, dans le Texas, il se distingue par ses bonnes qualités de passeur et un tir à mi-distance efficace. À l’aise en défense malgré sa petite envergure pour sa taille (2m d’envergure), son potentiel fait rêver les scouts NBA. Coach Bill Self devra également faire travailler son joueur au niveau de sa finition près du cercle ainsi que son shoot extérieur.
Premier match : Michigan State – Kansas, mercredi 7 novembre, 1h00

______________________________________

[dropcap size=big]6.[/dropcap]
CAMERON REDDISH (2m06, Duke Blue Devils)

On vous l’a dit, il y aura de quoi scruter dans les rencontres des Blue Devils. Reddish vient compléter le Big 3 new look de Duke, mais reste celui qui centre le plus d’interrogations. Mike Schmitz, expert dans l’analyse des jeunes prospects, le considère comme « le joueur possédant le plus de talent naturel de toute la draft 2019 ». Pourtant, l’ailier aux mensurations folles (2m16 d’envergure) peine à trouver de la constance dans ses performances. Arme véritablement complète offensivement, que ce soit sur isolation ou pick&roll, son implication en défense fluctue, ce qui pourrait frustrer Coach K et les fans si cet aspect se maintient. « Cam » possède en tout cas tous les atouts pour être une grande menace des deux côtés du terrain.
Premier match : Kentucky – Duke, mercredi 7 novembre, 3h30

______________________________________

[dropcap size=big]7.[/dropcap]
KELDON JOHNSON (1m98, Kentucky Wildcats)

Kentucky se devait d’être représentée dans cette liste. Reconnue pour son programme de recrutement, l’université dispose cette saison d’un ailier prometteur en la personne de Keldon Johnson. Passé par l’Académie d’Oak Hill, elle aussi renommée dans la formation des jeunes lycéens, ce joueur joue avec beaucoup de passion et d’agressivité, que ce soit en attaque ou en défense. Dur dans les contacts, impressionnant au rebond, possédant un bon sens du jeu, il manque lui aussi d’adresse de loin (30% à 3 points), même s’il peut rapidement prendre feu. John Calipari saura-t-il encore capable de faire des miracles avec sa nouvelle pépite ?
Premier match : Kentucky – Duke, mercredi 7 novembre, 3h30

______________________________________

[dropcap size=big]8.[/dropcap]
DARIUS GARLAND (1m90, Vanderbilt Commodores)

Car oui, il y aura aussi des meneurs freshmen prometteurs cette saison en NCAA. Numéro 1 à son poste dans la plupart des mock drafts, Darius Garland a lui aussi surpris son monde en choisissant de rejoindre l’université moins huppée de Vanderbilt pour rester dans son état du Tennessee. Il possède tout l’attirail du meneur moderne : capable de shooter à longue distance et après un dribble, bon manieur de ballon, passeur adroit… Son profil devrait ravir les fans des Commodores. Son intelligence de jeu lui permet de pallier son physique assez commun en défense, mais ce défaut l’empêche encore de finir avec efficacité ses pénétrations lorsqu’il doit faire face à du contact.
Premier match : Winthrop – Vanderbilt, mercredi 7 novembre, 3h30

______________________________________

[dropcap size=big]9.[/dropcap]
BOL BOL (2m21, Vanderbilt Commodores)

Il a disputé ses premières minutes pour Oregon il y a quelques jours lors d’un match d’exhibition, et a déjà impressionné. Fils de Manute Bol, Bol Bol présente le même physique atypique que son père, mais pourrait rapidement devenir l’arme offensive ultime. Son manque de masse musculaire a beau rester criant, le pivot parvient malgré tout à se frayer une place dans la raquette et au rebond grâce à son envergure. Très agile pour sa taille au niveau de son handle et de son jeu de jambes, il constitue évidemment une immense menace pour l’adversaire sur alley-oop et au contre. Pour compléter le tout, Bol sait aussi shooter, que ce soit à 3 points (41% d’adresse) ou aux lancers (84%). Sa volonté à atteindre le très haut niveau inquiète les scouts, qui restent admiratifs devant son potentiel.
Premier match : Portland State – Oregon, mercredi 7 novembre, 5h00

______________________________________

[dropcap size=big]10.[/dropcap]
RUI HACHIMURA (2m06, Gonzaga Bulldogs)

Il est le seul joueur de cette liste à ne pas disputer sa première saison en NCAA, mais reste très haut placé dans les prévisions de draft. Le Japonais, qui évolue depuis 2016 aux côtés de Killian Tillie à l’université de Gonzaga, n’y a débuté que deux rencontres, mais pourrait bien pleinement se révéler cette saison. Déjà auteur de jolies statistiques lors du dernier exercice (11,6 points, 4,6 rebonds en 21 minutes), l’ailier fort s’était notamment distingué lors de la dernière March Madness, en compilant 25 points, 5 rebonds et 4 contres dans la victoire de son équipe face à Ohio State. Cet été, Hachimura participait aux campagnes de qualification à la Coupe du Monde 2019 avec le Japon, où il a porté sa sélection. Malgré de bonne qualités de finisseurs près du cercle et un shoot à mi-distance qui s’améliore, l’absence de tir à 3 points et le manque de vision de jeu pourraient lui nuire à l’avenir.
Premier match : Idaho State – Gonzaga, mercredi 7 novembre, 3h00

À lire également – Les équipes à ne pas rater cette saison :

Villanova Wildcats

> Gonzaga Bulldogs

> Virginia Cavaliers

> Duke Blue Devils

> Kentucky Wildcats

Kansas Jayhawks

NCAA

Toute l'actu NBA