NBA – Les gagnants et les perdants du trade de Jimmy Butler

Jmmy Butler
Getty

Jimmy Butler devrait effectuer ses débuts avec les Sixers dès cette semaine. Après tout un drama avec Minnesota, la page est enfin tournée pour tous les fans de la ligue. Il est temps d’en tirer certaines conclusions, et de voir qui ressort gagnant et perdant de ce « blockbuster trade ».

Les grands gagnants : les fans des Wolves

Tu n’es probablement pas un vrai fan des Timberwolves si tu n’as pas lâché un grand « ENFIN » au moment de l’annonce de Shams Charania. Après des semaines de galère, à ridiculiser ta franchise, à se demander s’il allait jouer ou non, Jimmy Butler est enfin parti. Au final, les fans sont peut-être les grands gagnants de ce trade. Evidemment, cela ne veut pas dire qu’il faut détester Butler, ou en tout cas ne pas le remercier des playoffs de 2018. Mais vu du vacarme créé par l’ailier, il était temps pour lui de partir et de libérer le plein potentiel du vrai franchise player de cette équipe : Andr… Karl-Anthony Towns.

On ne sait plus vraiment dans quelle direction va la franchise, mais le mal de tête est enfin terminé.

Le grand perdant : Tom Thibodeau

A trop vouloir jouer avec le feu avec Miami dans l’espoir que Pat Riley revienne avec une plus grosse offre, Tom Thibodeau a eu tout faux. Pire encore, le coach a perdu sa crédibilité auprès de son propriétaire, Glen Taylor, et probablement auprès du reste de la ligue. Avec sa gestion du cas Butler, alors que son joueur l’avait pourtant prévenu de ce qui allait arriver, Thibodeau a laissé faire. Pour l’ancien coach des Bulls, peu importe la méthode, le plus important reste la gagne. Il lui a fallu des premières semaines très compliquées pour comprendre que les Wolves ne pouvaient pas gagner dans ces conditions.

Thibodeau ne devrait plus entraîner les Wolves la saison prochaine – cela serait déjà un miracle qu’il termine l’année – et bonne chance pour trouver une nouvelle franchise après ça.

Le vrai gagnant : Jimmy Butler

Des petites piques, des grandes déclarations, mais quelques petits gestes pour se mettre le vestiaire dans la poche : Jimmy Butler a géré sa communication de façon assez étrange. On aurait pu croire qu’après avoir créé le malaise au sein du vestiaire des Wolves, des franchises auraient voulu l’éviter, mais il n’en est rien. De multiples équipes étaient positionnées sur le joueur, et ce malgré tout le drama. Au final, Karl-Anthony Towns et Andrew Wiggins ont même eu des mots sympas pour Butler, preuve que leur relation n’était pas si terrible, ou au moins, à défaut, qu’ils respectent celui qui était le meilleur marqueur de l’équipe jusqu’à son départ.

L’ailier rejoint en outre un vrai prétendant au titre avec les Sixers et devrait toucher le pactole (190 millions de dollars sur cinq ans) dès cet été. Il jouera en plus au côté de Ben Simmons et Joel Embiid. Jusqu’ici, son plan est presque parfait.

Les perdants : les Rockets et le Heat

Les deux franchises ne sont pas dans la même situation, et pourtant elles ont un point commun : elles auraient bien besoin d’un Jimmy Butler dans leur effectif. Houston devrait se débarrasser rapidement de Carmelo Anthony, et il lui faudrait un remplaçant. Inutile de vous décrire la plus-value en passant de Melo à Butler. Attaque, défense, l’ailier aurait pu faire beaucoup de bien dans le Texas.

Même son de cloche à Miami. La franchise possède actuellement un bilan de 5-7 et l’on pourrait dire qu’elle a actuellement dans l’incertitude. Les playoffs sont atteignables avec un petit coup de pouce, mais sans pour autant qu’ils apparaissent comme une certitude. Une situation difficile pour le Heat qui n’a plus à espérer que Josh Richardson devienne un crack.

Un perdant, mais un gagnant quand même : Robert Covington

Après des premières années sombres à Philly, Robert Covington aura le mérite d’avoir connu les beaux jours aux Sixers. Une extension à 47 millions de dollars bien méritée, et une place de choix dans le cinq de départ. Malheureusement, l’ailier ne sera plus là pour voir Philadelphie éventuellement accomplir ses rêves. Salement tradé par sa franchise, Covington atterrit donc à Minnesota. Ce n’est cependant clairement pas le pire endroit d’un point de vue personnel. L’ailier devrait avoir la même importance, à savoir défendre et rentrer ses tirs derrière l’arc. Il devrait faire beaucoup de bien à sa nouvelle franchise.


Les gagnants : Karl-Anthony Towns et Andrew Wiggins

Papa est parti, on peut faire la fête à la maison. Avec l’attitude de Jimmy Butler, difficile de ne pas s’inquiéter pour Towns et Wiggins. Ce dernier déçoit depuis son arrivée en NBA, mais il va vivre une saison importante où il va devoir confirmer son rôle de leader au côté de son coéquipier. Mais le peut-il encore ?

Towns lui, a clairement connu un début de saison en demi-teinte. Peu utilisé au poste, il était évident que le pivot n’était pas dans les meilleures dispositions. Le départ de Butler devrait le libérer, physiquement, et mentalement, c’est du moins l’idée. Il faudra confirmer lors des prochains matchs.

Perdant ? Gagnant ? Le temps nous le dira : Ben Simmons, Joel Embiid et Markelle Fultz

Avec l’arrivée de Jimmy Butler aux Sixers, il faudra forcément s’habituer. Si Embiid a rapidement marqué son territoire en expliquant qu’il allait conserver son jeu, tout le monde a bon espoir que Butler puisse s’intégrer parfaitement dans sa nouvelle équipe. Le big three va-t-il fonctionner ? Nous verrons cette saison, et il revient en grande partie à Brett Brown de trouver la bonne recette.

Pour Fultz, c’est plus compliqué. Avec un jeu similaire à celui de Ben Simmons, le meneur avait déjà du mal en ce début de saison. Il faut espérer que le courant passe bien avec le nouveau venu. Toutefois, les inquiétudes sont nombreuses. Quel rôle aura le premier choix de la draft 2017 cette saison ? Fultz pourrait repasser dans la second unit, comme tout aussi bien glisser hors de la rotation.

Le problème est également financier puisque Fultz ne devrait pas toucher de pactole aux Sixers avec le big three déjà présent. Un trade à venir ? Ce n’est plus à exclure. Le meneur va devoir convaincre et prouver qu’il peut être utile avec tous les récents changements dans l’effectif.

Les vrais perdants : les fans de la ligue

Après tous ces dramas, ces gueulantes à l’entraînement, Thibodeau qui se laisse marcher dessus, ces tweets, ces interviews, se demander si Butler va jouer ou pas et tout le reste : on aura quand même bien rigolé non ?

Et bien la fête est finie.

A lire également : LeBron James réagit au trade de Jimmy Butler

Minnesota Timberwolves NBA 24/24 Philadelphia 76ers

Toute l'actu NBA