La nuit d’Anthony Davis a été sacrément mouvementée. Le joueur des Pélicans est passé par toutes les émotions, et a finalement du rendre les armes face à Joel Embiid et Philadelphie (121-120). The Brow peut s’en vouloir…

Contrastée, c’est à n’en pas douter le mot qui définit la nuit d’Anthony Davis, marquée par des satisfactions et des désillusions. Les satisfactions ? Elle ne sont pas des moindres puisque AD a réussi un five-by-five (12 points, 16 rebonds, 6 passes, 5 interceptions, 5 contres), une rare performance en NBA. Il ne s’agit que du troisième 5×5 de la décennie, après Draymond Green en 2015 et Nicolas Batum en 2012. Davis est en outre le 10ème joueur de l’histoire seulement à réaliser une telle prouesse (du moins depuis la saison 1984-85 quand cette stat a été prise en compte).

En marge de cette première réussite, Anthony Davis a aussi atteint la barre des 10.000 points en carrière à 25 ans seulement. Il devient ainsi le 8ème plus jeune joueur de l’histoire à franchir ce cap.

La soirée avait donc tout pour être parfaite, mais elle ne l’a pas été. D’abord, Davis a perdu son face-à-face avec Joel Embiid, qui repart avec 31 points, 19 rebonds et la victoire dans ses valises. Surtout, AD a manqué le lancer franc crucial qui aurait pu permettre à son équipe d’accrocher la prolongation. De quoi faire sourire Joel Embiid après la partie :

« Je savais qu’il allait en rater un »

AD préfèrera donc sûrement oublier le match lors duquel il a passé les 10.000 points avec une incroyable précocité et posé un five-by-five. C’est cocasse, mais c’est ainsi.

A lire également : 5 franchises surveillent Anthony Davis