Humiliée hier face à l’Elan Béarnais (98-57), la SIG a concédé une septième défaite en huit rencontres toutes compétition confondues. Et une altercation a eu lieu entre plusieurs joueurs de l’équipe cette semaine.


Vincent Collet est-il en train de vivre la pire période de sa carrière d’entraîneur à Strasbourg ? Coach de la SIG depuis de nombreuses saisons, jamais il n’avait connu une telle claque que celle reçue à Pau-Lacq-Orthez hier soir. Jamais entrés dans la rencontre, les joueurs strasbourgeois étaient juste apathiques et désorganisés. Résultat, un score de 48 à 23 pour l’Elan Béarnais à la pause, avant que le match ne se termine par un avantage record de +41 (98-57).

Une véritable parodie de basket proposée par la SIG, qui n’a jamais été en mesure de se révolter pour au moins sauver l’honneur. En manque de résultats depuis la fin de l’année civile, les Strasbourgeois ont concédé une septième défaite en huit matchs. Le dernier succès en Jeep Elite remonte au week-end dernier face à la JL Bourg, mais ils restent sur trois revers consécutifs en Ligue des Champions.

A lire également : On connaît les quarts de finale de la Leaders Cup !

Et pour rajouter de l’huile sur le feu, le président Martial Bellon a confirmé à L’Equipe, qu’une altercation avait eu lieu en début de semaine entre trois joueurs de l’effectif. Il s’agirait d’Ali Traoré, Mike Green et Mardy Collins. Ces derniers en seraient venus aux mains lors d’un entraînement, après que le ton soit monté. Une situation inédite pour la SIG, à l’image des déclarations de son président :

L’équipe est très malade. Avec de tels comportements et un tel niveau de jeu, si nous continuons dans cette direction, nous ne pouvons viser que le maintien.

La crise s’est donc installée à Strasbourg, et il est difficile de voir comment l’équipe pourra en sortir, tant l’alchimie n’est pas au rendez-vous sur le plan sportif.

Mais aussi : Les huit équipes qualifiées pour la Leaders Cup