Les Bucks sont en roue libre et en mode préparation pour les playoffs. La nuit dernière contre New Orleans, Mike Budenholzer a tenté un coup de poker risqué pour tenter de faire passer sa star, Giannis, et son équipe dans une autre dimension. Explications.

Les Bucks ont été la première équipe à être qualifié pour les playoffs et à atteindre les 50 victoires cette saison. Ils ont donc le luxe de prendre des risques et d’essayer de nouvelles choses avant le début de la postseason. Dans la victoire des Bucks face aux Pelicans la nuit dernière (130-113), Mike Budenholzer a dû gérer un problème de fautes de sa star, Giannis Antetokounmpo. Le Grec avait 4 fautes au début du 3ème quart-temps. Son coach l’a laissé sur le terrain, pour des raisons « pédagogiques ». Budenholzer a expliqué ce choix assez risqué à la fin du match.

« Il doit apprendre à jouer avec des fautes car on ne sait jamais dans un match de playoffs, il devra jouer avec des fautes. Il peut apprendre à le faire. S’il avait pris sa cinquième, on aurait aussi pu apprendre à jouer sans lui ».

A lire également : Rick Carlisle admet son erreur avec Luka Doncic

Et bien lui en a pris car les Bucks ont scoré 45 points et ont creusé l’écart avec leurs adversaires dans ce quart-temps. Son MVP n’a pas pris cette fameuse cinquième faute. Cette décision montre les qualités de coach de Budenholzer, prêt à tout pour faire progresser son équipe, ce qui lui permet de prétendre au titre de coach de l’année. Il a calculé tous les risques et évalué les avantages : il préfère potentiellement perdre un match et faire progresser l’équipe plutôt que l’inverse.

Les Bucks peuvent espérer aller loin en postseason. A voir si cette réflexion de Budenholzer sera bénéfique à long terme. En tout cas, elle peut potentiellement faire encore progresser Giannis et du coup l’équipe. Coach Bud va aussi devoir gérer son effectif pour qu’il arrive en pleine forme en playoffs : éviter les blessures et la fatigue est donc fondamental.

1ers de conférence et meilleur bilan de NBA, les Bucks ont tous les voyants au vert dans cette dernière ligne droite avant les playoffs.

Mais aussi : Le subtile tacle de Steve Kerr contre Donald Trump