Ce n’est un secret pour personne, Jusuf Nurkic est un joueur qui aime l’affrontement et le trashtalking. Mais ce jour-là face aux Lakers, c’est le il s’est fait attaquer par Kobe Bryant, le tout dans sa propre langue.

Encore prépondérant dans la victoire de sa franchise face aux Clippers (125-104), Jusuf Nurkic a toutefois manqué un peu de précision au tir (20 points à 43%, 12 rebonds et 2 passes). Mais cette saison pourrait être celle des Blazers qui sont en course pour le troisième place de la très relevée conférence Ouest. C’est en tout cas la meilleure du pivot européen en NBA (15.3 points à 51%, 10.3 rebonds, 3.2 passes et 1.4 contre), qui commence à avoir pas mal d’expérience dans la ligue.

Arrivé en 2014 (16ème de la Draft), il participe actuellement à sa cinquième saison. Le pivot a notamment pu jouer contre la légende des Lakers, Kobe Bryant, qui n’a pris sa retraite qu’en 2016. Et hier, avant le match contre les Clippers, alors Nurkic était l’invité de Neil Everett sur SportsCenter, il en a profité pour dévoiler une histoire assez folle sur Kobe.

À lire également : 5 histoires de trash-talking de Kobe Bryant

« Il tire des lancers francs (Kobe), et je suis sur le terrain. Je me dis : « Personne ne peut le manipuler, comment puis-je faire ? ». Il avait tiré des lancers tout le match. Puis après quelques mots, il m’a regardé et m’a dit quelque chose dans ma langue. Je me suis dit : « J’ai pas bien entendu. Il ne peut pas parler ma langue ! » Puis quelques actions plus tard, il recommence les lancers francs. Et il le répète ! C’est un mot maudit ! J’étais genre : « Je suis sûr qu’il a dit cela ! » Après quelques années dans la ligue, Kobe se préparait avant chaque match et regardait chaque adversaire pour avoir un ascendant sur eux. »

Kobe Bryant est bien évidemment une légende de la ligue et du trashtalking, cette anecdote de Jusuf Nurkic ne fait qu’écrire un peu plus l’histoire du Black Mamba. Il faut noter que le joueur des Lakers avait appris le serbe (qui ressemble beaucoup au bosniaque) afin de parler avec Vlade Divac sans se prendre de fautes techniques. Il parlait aussi le Français afin de pouvoir échanger avec Tony Parker lorsqu’il croisait sa route :

« J’adorais jouer les Spurs de San Antonio et dire quelque chose en français, que je ne répéterai pas ici à Tony Parker. Il me regardait en se demandait ‘Quoi ? Qui t’a appris ça ? »

Sachez également que Kobe parlait aussi italien (il a grandi en Italie), et donc français, anglais, croate, serbe et bosniaque. Peut-être qu’un jour Yao Ming dévoilera une anecdote où Kobe le trash-talkait en chinois…

Mais aussi : Le conseil de Kobe Bryant à Ben Simmons