Finalement, il n’y a pas que pour râler, mettre des coups et faire du cinéma que l’espagnol sait se distinguer. Ce n’est plus à prouver mais Mr Fernandez est talentueux.

C’est une spécialité au Real Madrid. Entre Sergio Llull et Rudy Fernandez, un tir compliqué n’existe pas et, bien au contraire, c’est encore plus excitant pour eux avec de la difficulté. Ce soir, face au Panathinaïkos pour le compte de la vingt-neuvième journée d’Euroleague, le meilleur ami des basketteurs français a encore frappé.

A lire également : La dernière ligne droite avant les Playoffs en Euroleague !

Sept secondes à jouer, le Panathinaïkos mène encore de deux points (73-71) et le Real a la dernière possession du match. Facundo Campazzo tente le drive, bien défendu par James Gist. Stoppé, le meneur argentin voit Rudy Fernandez ressortir à trois points, environ deux mètres derrière la ligne, puis lui donne la gonfle. La magie opère à ce moment. DeShaun Thomas est bien placé, fait reculer Fernandez qui déclenche le tir en sautant à reculons.

La balle prend son envole, monte très haut dans le ciel de l’Olympic Sports Center d’Athènes et prend miraculeusement la direction du panier. Ficelle et victoire pour le Real Madrid qui vient perturber le plan du Panathinaïkos, proche d’une qualification pour les Playoffs de l’Euroleague.

C’est encore Rudy Fernandez qui joue un mauvais tour sur un parquet européen. L’espagnol arrache la victoire pour le Real, écœurant les fans de la Green Team.

Mais aussi : Goga Bitadze le petit prince du Buducnost Podgorica !