Le premier match entre Milwaukee et Détroit a viré à la boucherie cette nuit (121-86). Et Giannis Antetokounmpo a été monstrueux, s’offrant un highlight rarissime.


L’écart était tellement grand que c’en est devenu gênant. En l’absence de Blake Griffin, les Pistons ont sombré sur le parquet des Bucks, qui ont dominé le match de bout en bout. En chef de file, Giannis Antetokounmpo a évidemment régalé. Le Greek Freak a fait absolument tout ce qu’il a voulu dans l’arrière-garde de Détroit, se permettant même un tomar en contre-attaque en partant quasiment de la ligne des lancers. Pour rappel, celle-ci se situe à plus de 4.50 mètres du panier…

A lire également : La nouvelle coupe ultra-improbable de Caron Butler

Bien évidemment, difficile de ne pas voir le marcher assez flagrant du Grec, qui emmène le ballon de sa tête de raquette au panier adverse en un seul dribble. Impossible à réaliser sans s’arranger avec les règles, même pour un athlète aussi incroyable. Ça n’enlève évidemment rien à la prouesse athlétique d’Antetokounmpo, qui confirme chaque jour un peu plus qu’il est un phénomène physique comme la ligue n’en a probablement jamais vu jusqu’alors.

Devant l’ampleur du score, Giannis n’aura que peu joué (23 minutes). Suffisant pour compiler 24 points et 17 rebonds, sans même donner l’impression de forcer. Au delà de leur leader, ce sont tous les Bucks qui ont participé à la fête, avec pas moins de 7 joueurs à 10 points minimum.

Côté Pistons, Luke Kennard a été le seul ou presque à surnager (21 points) dans une équipe totalement orpheline de Blake Griffin, de son impact et de sa versatilité.

Sous les yeux de leur légende Kareem Abdul-Jabbar, les Bucks ont envoyé un message pour commencer les playoffs. Et Giannis a confirmé qu’il était un mutant.

Actualités Basket USA Facebook

Mais aussi : Bronny James marque son premier game-winner !

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef Parlons Basket & Parlons NBA. Chez RMC de temps à autres. Le sang-froid de Larry Bird, le mental d'Olivier Giroud.