Mauvais durant la série contre les Blazers et souffrant de la comparaison avec Damian Lillard, Russell Westbrook est dans la tourmente. Les critiques fusent sur le meneur qui peine à hausser son niveau de jeu ou encore à se réinventer. Et s’il possédait tout simplement l’un des pires contrats de la ligue aujourd’hui ?


La culture de l’instant, vous connaissez ? Ce principe de tout remettre en cause dès lors que quelque chose ne va pas. Damian Lillard le connaît bien, lui qui était vu comme l’un des meneurs les plus surcotés de la ligue en 2018 après le sweep des Blazers contre les Pelicans. Un an après, voilà que Dame fait son retour parmi les sous-côtés de la ligue après un buzzer beater dantesque contre le Thunder. Mieux ? Il devrait se retrouver dans la liste des meilleurs meneurs – et joueurs – de la ligue selon beaucoup de fans. Bien évidemment, il n’est pas question ici de débattre là-dessus, mais bien de parler du Lillard 2019 : Russell Westbrook.

Depuis trois ans, Brodie enchaîne les triple-doubles, 100 très exactement. Au total, il en compte 138, à égalité en deuxième position All-time au côté de Magic Johnson. Sur ces 138, OKC a gagné 109 matchs, soit un pourcentage de 79%. En clair, quand Russ sort un triple-double, les chances de voir le Thunder remporter la victoire sont plutôt élevées.

Ce sentiment n’a pas changé cette saison, et ce malgré l’approche très différente de Westbrook.

Si certains criaient que le meneur ne pouvait pas rendre meilleur ses coéquipiers, il s’est attelé à la tâche. Il est indéniable que son approche a changé au cours de la saison. Westbrook a laissé plus souvent la balle à Paul George, lui laissant des tirs décisifs. Il a également permis à Jerami Grant ou encore Terrance Ferguson de sortir leur meilleure saison en carrière. De l’agressivité au rebond, des passes toujours précises et létales, et moins de tirs : voilà comment Westbrook a attaqué son année 2018/19. Mais c’est là que le bât blesse.

A lire également : Steve Kerr et Charles Barkley s’en prennent à Russell Westbrook

S’il se retrouve avec la balle moins souvent dans les mains, Westbrook se doit d’exceller dans son sens du déplacement ou dans son tir pour se permettre d’exister confortablement : il n’est bon dans aucun de ces deux domaines. Avec 22.9 points par match, il n’avait jamais connu un total aussi bas depuis la saison 2013-14. Ses pourcentages au tir (42.8% et 29% derrière l’arc) sont catastrophiques. Sur les tirs à mi-distance, entre les trois points et la peinture, il tire à 32%. Parmi les 104 joueurs qui en tentent au moins 3 par match, Westbrook est bon dernier.

C’est simple, son tir l’a lâché cette saison alors qu’il n’est pas un tireur de base. L’an dernier, on lui conseillait justement de se trouver un tir. Et c’est là tout le problème. Avec ses triple-doubles, Westbrook continue de mériter du respect, mais s’il possédait également l’un des pires contrats de la ligue ?

Si un John Wall, qui pourrait être absent pour toute la saison prochaine et payé 38 millions pour 2019-20, fait figure de favori, Russell Westbrook est quelqu’un qui peut également entrer dans la discussion.

Parlons chiffres tout d’abord : Westbrook en 2019-20, c’est 38.5 millions de dollars. En 2021 ? Ce sera 44 millions et possiblement 47 en 2023. Un contrat crescendo que doit théoriquement suivre le joueur. Problème, Brodie est-il vraiment dans la pente ascendante ?

A 30 ans, et 31 ans pour la prochaine saison, il n’est pas vraiment en train de s’améliorer. Pire encore, il a semblé sur le déclin cette saison. Westbrook compte sur son physique mais après quatre opérations au genou en quelques années, il commence gentiment à grincer. Ses dunks sont beaucoup moins présents cette saison et il semble bien moins explosif.

Vous avez en mémoire un dunk rageur de Brodie sur ses playoffs ? Ou lors de la saison régulière ? Voilà.

Lors de la série contre les Blazers, Enes Kanter n’hésitait pas à descendre bas sur les pick-and-rolls, histoire de forcer Westbrook à tirer à mi-distance ou bien forcer le destin dans la raquette. La suite de l’histoire, vous la connaissez.

Sa mentalité semble connaître également des problèmes. Quand il aurait fallu se concentrer sur la gagne et sur les enjeux de la saison lors de ces playoffs, il a semblé se concentrer sur son duel avec Lillard. Même sa défense a semblé décliné alors qu’il avait pourtant très bien commencé la saison et il n’est pas exempt de tout reproche contre Portland, loin de là.

Russell Westbrook est toujours un très bon joueur, mais son niveau global semble décliner. Quand on pense contrat il faut penser futur, et mettre 47 millions sur un joueur qui aura 34 ans – en 2023 – et affiche déjà aujourd’hui des lacunes, il y a de quoi s’inquiéter. Peut-il murir et progresser dans son jeu ? Voilà les enjeux de son été.

Mais aussi : Kevin Durant dans l’histoire des playoffs

Actualités Basket USA Facebook