Publicité

NBA – Quand Kobe Bryant donnait son accord aux Clippers… et les trahissait

Kobe Bryant Lakers
(DR)

15 ans avant que Kawhi Leonard et Paul George ne rejoignent les Clippers, un autre top free agent donnait son accord à la franchise de Los Angeles. Un certain Kobe Bryant, dans une histoire rocambolesque.

Publicité

« Oh mon Dieu, nous avons Kobe Bryant »

Cette phrase fut prononcée par plus d’une personne du front office des Clippers à l’été 2004, avant de finalement connaître un terrible crève-cœur.

Cet été-là, les Lakers arrivent en fin de cycle. Balayés en Finales NBA par Détroit après un revers face aux Spurs en 2003, les Angelinos sont bien loin de leur domination du début de la décennie. Shaquille O’Neal a demandé un trade, Phil Jackson a annoncé son départ, et Kobe Bryant va affronter un procès pour viol.

Publicité

Dans ce contexte, les Clippers sentent qu’ils ont un sacré coup à jouer. GM de l’époque, Elgin Baylor annonce la couleur dans la presse, affirmant que les Clipps sont « prêts à faire tout le nécessaire » pour alpaguer l’arrière des Lakers, estimant être « l’option idéale pour Kobe ».

Vint ensuite le temps de la rencontre entre les deux camps, suffisamment impressionnante pour que Bryant soit prêt à faire le grand saut. Le mythique et éternel commentateur des Clippers Ralph Lawler raconte au Los Angeles Times :

Publicité

Ils ont fait leur pitch à Kobe, et c’en était un très fort. Puis ce fut l’heure pour Kobe de partir, et Donald Sterling [l’ancien propriétaire, ndlr] le raccompagne à la porte en voulant être sûr : « Est-ce que ça va vraiment se faire ? »

Lire aussi | La grosse embrouille entre Kobe Bryant et Karl Malone en 2004

Kobe s’est tourné vers lui, et, c’est une citation exacte qui m’a été répétée par plusieurs personnes, il a dit : « Ne vous inquiétez pas, je suis un Clipper ». Il sort de la pièce, et tout le monde se fait des high-fives en se disant : « Mon Dieu, on l’a fait ». Si des gens nient ça, ils ont des problèmes de mémoire où ils ne veulent tout simplement pas le reconnaître, parce que c’est bien ce qu’il s’est passé dans cette pièce.

Un autre ancien employé, sous couvert d’anonymat, confirme que Baylor lui avait alors stipulé que Bryant allait bel et bien signer. Après ce tour de force, les Clippers sont si confiants qu’ils commencent à réfléchir à la cérémonie d’accueil du Black Mamba. Mais l’histoire va tourner.

Publicité




Avant de parapher le contrat de 100 millions de dollars sur 6 ans qui lui est promis, Bryant fait une pause. Il parle à Jerry West, alors exécutif aux Lakers, et qui l’avait fait venir en Californie en 1996. Puis, il appelle le propriétaire des pourpre et or, Jerry Buss. L’appel qui va tout changer. En 2016, Kobe reconnaîtra : « Au bout du compte, Jerry Buss a tout fait basculer ».

Le 15 juillet, Shaquille O’Neal est envoyé à Miami. Le lendemain, Kobe Bryant annonce qu’il rempile aux Lakers pour 7 ans et 136 millions de dollars. Durant sa conférence de presse, le Mamba ne nie pas l’évidence et évoque le sujet :

Publicité

Je me sentais à l’aise là-bas. Je me serais vu jouer pour les Clippers.

Pourtant, c’est bel et bien en violet et or que Kobe finira sa carrière, ajoutant deux nouvelles bagues à son palmarès en 2009 et 2010, avant de raccrocher les sneakers en 2016.

15 ans après cet épisode traumatisant, les Clippers ont réussi à conjurer le mauvais sort en attirant deux superstars durant la free agency 2019 : Kawhi Leonard et Paul George. Douce vengeance.

Kobe Bryant Los Angeles Clippers Los Angeles Lakers NBA 24/24 NBA Flashback

Feed NBA 24/24