NBA – Quand Allen Iverson envoyait (littéralement) un joueur à la retraite

0

Quand on est un sportif sur le déclin, un rien peut vous faire réaliser qu’il est temps de raccrocher les crampons, les gants ou les baskets. Pour certains, ce « rien » s’appelait Allen Iverson.

Publicité

Quand Allen Iverson est arrivé en NBA en 1996, la ligue n’avait presque jamais rien vu de tel. Vitesse, explosivité, insouciance, et surtout ce crossover signature qui en a fait danser plus d’un.

À commencer par Michael Jordan lui-même, qui a été déboussolé dans ce qui restera sans doute comme l’une des plus grandes actions de l’histoire de la ligue.

Mais le privilège de se faire humilier par AI n’est pas réservé qu’aux légendes.

Qui n’a pas souvenir de l’humiliant step over de « The Answer » sur Tyronn Lue lors des finales 2001 par exemple ? L’ancien coach des Cavaliers a d’ailleurs expliqué que cette action et cette série l’ont construit.

Mais tout le monde ne réagit pas de la même manière face aux exploits d’Iverson. Si Lue s’est renforcé à ce moment là, d’autres ont préféré abandonner le basket. C’est le cas de Kevin Johnson, triple All-Star avec Phoenix dans les années 90.

Lire aussi | Allen Iverson raconte sa meilleure anecdote sur MJ

C’était un match à la maison, contre les Sixers. Là, un gars arrive sur moi à pleine vitesse. C’était Allen Iverson. Il a fait son crossover et mes genoux ont lâché et je regardais partout en mode « il est passé où ? ».

Quand je me suis retourné il était déjà au panier pour mettre son lay up. Au moment de revenir en défense, en passant à côté de moi, il m’a tapoté sur l’épaule. J’ai su qu’il était temps pour moi de passer à autre chose.

Publicité

Allen Iverson a dû attendre ce moment et doit encore le chérir à ce jour. Car il a des antécédents avec l’arrière, aujourd’hui maire de Sacramento. Ce dernier a en effet été la cause des larmes de « The Answer » lors de son année rookie, en lui mettant 36 points et 8 passes sur la tête.

Au final c’est bien Iverson qui a eu le dernier mot dans cette petite rivalité. Si beaucoup d’autres joueurs ont pris et prendront des 36-8 dans la tête, rare sont ceux qui peuvent se targuer d’être la cause d’un départ de la ligue.

On savait que le crossover d’Allen Iverson était létal, mais de là à imaginer qu’il puisse envoyer des gens à la retraite… AI était définitivement un joueur à part.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.