NBA – Le bizutage de Lou Williams aux mains d’Iverson, Webber et Barnes en 2005

Arrivé en NBA en 2005 à une époque où la passerelle entre le lycée et la grande ligue existait, Lou Williams a eu droit à un bizutage sympa… mais pas très bien géré.

Publicité

On le dit souvent, tant sur le plan sportif que sur le plan de l’alchimie de l’équipe, beaucoup de choses se jouent en fonction de la franchise dans laquelle vous êtes drafté. En 2005, c’est à Philadelphie, fief d’Allen Iverson, que Lou Williams a atterri à l’âge de 19 ans seulement.

A l’époque, les Sixers ont un effectif haut en couleur, où officient aussi Chris Webber et Matt Barnes, pour ne citer qu’eux. Autant dire que loin des parquets, le potentiel pour la fête est quasi-illimité.

Publicité

Fort logiquement, Lou Will a eu droit à son bizutage en bonne et due forme, grande tradition en NBA. Pour l’occasion, les vétérans sont restés sages, demandant « seulement » à l’innocent arrière de vider un pack de 6 bières lors d’un trajet en bus jusqu’à l’aéroport. La récompense ? 15.000 dollars, une jolie somme pour un tout jeune rookie.

Williams s’exécute alors, sans grande surprise, mais il n’a pas forcément prévu les effets du breuvage sur son jeune corps de teenager. Après avoir enquillé les canettes, l’ami Lou ne peut le cacher : il est tout simplement torché.

Publicité

Lire aussi | Quand Lou Williams se faisait braquer à un feu rouge… et sympathisait avec le voyou

Dans le bien-nommé podcast All The Smoke, Matt Barnes, présent lors de la fameuse scène, raconte :

On s’est presque inquiétés, genre : « Merde, comment on va porter Lou (jusqu’à l’avion) ? »

Il avait son bras autour de l’épaule d’AI. Chris et moi étions un peu devant. Il s’est bien débrouillé, mais il était déchiré.

Publicité

Tout est bien qui finit bien, donc. Williams a relevé le défi sans se défiler, gagnant probablement un peu de respect de ses pairs au passage.

Lors des 14 années qui ont suivi, et jusqu’à ce jour, c’est sur les parquets que Lou Will se fait respecter, lui qui a évolué en l’un des tous meilleurs 6èmes hommes de l’histoire, si ce n’est le meilleur.

Publicité

En tout cas, aucune personne présente dans le bus ce jour-là n’a oublié le bizutage de Williams… à part, peut-être, Williams lui-même.

Les dernières actualités