C’est une anecdote farfelue qui a été narrée par le commentateur du match entre les Clippers et les Knicks de ce dimanche soir. Avec Lou Williams dans le rôle du héros.

Les Clippers ont aisément disposé des Knicks en fin d’après-midi (124-113), dans un match marqué par la rechute de Frank Ntilikina. Comme souvent, Lou Williams a été excellent (27 points, 9 passes décisives), mais c’est surtout une histoire racontée par le commentateur du match qui a retenu l’attention :

« C’était quand Lou Williams était avec les Sixers, en 2011. Il conduisait sa voiture dans Philadelphie le soir du réveillon de Noël. Il s’arrête à un feu rouge, et un braqueur vient à sa fenêtre, prêt à le voler à l’arme à feu. Williams a réussi à le convaincre de ne pas le faire. Le truc dingue, c’est qu’il lui a dit qui il était, le braqueur l’a reconnu, lui a dit qu’il faisait beaucoup pour la communauté, et a décidé de ne pas le braquer. Williams l’a ensuite fait monter dans la voiture, l’a emmené au McDonald’s, et a eu une grande discussion avec lui sur la vie. C’est assez dingue »

A lire également : Marcus Smart, une vie de violence et d’épreuves

Une initiative à saluer de la part du joueur, toujours prêt à prendre du temps pour la communauté, même dans une situation aussi loufoque et potentiellement mauvaise pour lui que celle-ci.

Très apprécié autour de la ligue, Lou Williams vit actuellement une excellente saison du côté des Clippers. Avec ses 20 points et 5 passes de moyenne par match, il fait figure de grand favori pour le titre de 6ème homme de l’année, rôle qui lui colle à la peau et qu’il revendique. Il y a quelques jours, il estimait d’ailleurs être, avec Jamal Crawford, l’un des deux « 6th men » qui devraient être intégrés au Hall of Fame à l’avenir. Rien que ça.

Et si vous avez envie d’un McDo et que vous croisez Lou Williams au volant un jour, vous saurez maintenant quoi faire…

Mais aussi : Les anecdotes méconnues des joueurs NBA

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef Parlons Basket & Parlons NBA. Chez RMC de temps à autres. Le sang-froid de Larry Bird, le mental d'Olivier Giroud.