NBA – Le gang français qui s’est inspiré de la Dream Team 1992 pour ses braquages

Dream Team NBA gang france
(DR)

Vous connaissez notre site, on aime vous raconter des anecdotes qui sortent parfois du pur basket. Aujourd’hui, on vous propose de découvrir une histoire assez folle : dans les années 2000, un célèbre gang français s’inspirait de la Dream Team 1992, représentée par Michael Jordan et ses acolytes, pour forger sa renommée en métropole. C’est parti pour un surprenant récit.

Publicité

Nous sommes le 13 août 1996 à Perpignan, dans le sud de la France. Alors qu’un avion de ligne atterrit tranquillement sur le tarmac de l’aéroport, le pilote se retrouve face à un sacré dilemme : deux voitures lui bloquent la piste. Juste à côté, des hommes cagoulés, fusils dans les mains et avec une banderole en guise de message pour lui :

C’est un hold-up, coupe le moteur et ouvre la soute. 

Le pilote s’exécute, les bandits se ruent dans la soute et embarquent tout ce qu’ils peuvent prendre. Montant estimé du butin ? Environ 4 millions de francs (610.000€). Durée du braquage ? 2 minutes et 30 secondes. Question efficacité, on est plutôt bien : 6.800€ par seconde écoulée.

Publicité

Après ce guet-apens hors-du-commun, les autorités retrouvent les deux voitures quelques kilomètres plus loin, à Argeles-sur-Mer. Les fouilles permettent d’identifier les empreintes d’un individu nommé Jean-Jacques Naudo, dit « la Fripouille »

En réalité, « la Fripouille » appartient à une organisation d’une dizaine d’individus, dirigée par trois chefs dont Daniel Bellanger, figure du grand banditisme français dans les années 2000. Au programme des activités illicites de la bande, de nombreux braquages pendant près de 10 ans. Et un fameux nom pour qualifier le groupe : la « Dream Team ».

(crédit : DR)

Publicité

Cette appellation « Dream Team », aussi familière peut-elle paraitre pour les grands fans de NBA que nous sommes, était également monnaie courante dans les 2000 en France pour évoquer le gang de Daniel Bellanger. Et vous vous en doutez en lisant ces lignes, si on évoque cette histoire aujourd’hui, c’est qu’elle a forcément un lien avec le basket.

Lire aussi | Jack Molinas, l’un des plus grands escrocs de l’histoire du basket

En effet, c’est Daniel Bellanger lui-même qui a appelé son gang la « Dream Team » en référence à l’équipe de Michael Jordan, Magic Johnson et Larry Bird, victorieuse des Jeux Olympiques de 1992 à Barcelone. Equipe dont on ne présente plus l’impact planétaire, bien évidemment. Le bandit français était-il un adepte du basket américain des années 1990 ? Difficile à dire, mais Daniel Bellanger était également surnommé « le grand Daniel » ou encore « Grande Détente » de par sa taille (1.97m). Un ancien basketteur amateur ?

Autre fait marquant pour lier cette histoire à l’univers du basket, le second chef du gang, Christian Oraison, était quant à lui nommé « le Grand Blond ». Une référence à Larry Bird de la Dream Team 1992 ? Certains diront qu’il s’agit là d’une pure coïncidence. Possible.

Publicité

Cependant, si l’on creuse encore un peu, le troisième et dernier chef du gang, Michel Crutel, se faisait appeler « Michel le Militaire ». Et quel militaire retrouve-t-on dans la Dream Team 1992 ? Un certain David Robinson, renommé sur les parquets « l’Amiral » après sa carrière universitaire dans la Navy.

Bien évidemment, au contraire de l’origine du nom qui est avérée, ces hypothèses sur les surnoms des membres n’engagent que nous. Si tout ça n’est que coïncidence, le hasard fait en tout cas bien les choses. Toujours dans cette optique, et même si la relation avec le basket semble moins flagrante, on peut s’amuser à lier les diminutifs de deux autres figures du gang avec des joueurs de la Dream Team 1992 :

Publicité

  • Karim Maloum, dit « le Gros »
    Il n’est un secret pour personne que Charles Barkley a connu pendant toute sa carrière des problèmes de surpoids, au travers d’incroyables anecdotes sur son régime alimentaire. Un clin d’œil ?
  • Daniel Merlini, dit « le Petit »
    Une référence à John Stockton et son petit 1.85 mètre, dans une équipe où tous les joueurs tutoyaient ou dépassaient facilement la barre des 2 mètres ? C’est plus poussé, mais pourquoi pas.

Vous vous en doutez certainement, aucun joueur NBA n’était présent dans cette fameuse Dream Team française des braquages. A l’inverse, outre-Atlantique, plusieurs noms de la ligue sont véritablement liés à de dangereux gangs américains, et c’est ce qu’on vous propose de découvrir dans cet autre article.

Quoi qu’il en soit, la plupart des membres du gang sont aujourd’hui derrière les barreaux, pendant que d’autres sont décédés. Ils laissent derrière eux une histoire pleine de mystères, à commencer par leur propre identité. Et vous, vous ne verrez plus jamais la Dream Team 1992 de la même façon.

Les dernières actualités