NBA – Kevin Love vide son sac sur sa première saison à Cleveland et le tweet assassin de LeBron

0

Arrivé à Cleveland à l’été 2014, Kevin Love a dû apprendre à cohabiter avec un certain LeBron James et à se sacrifier pour lui. Il revient en toute honnêteté sur cette période trouble.

Publicité

Aujourd’hui, Kevin Love et LeBron James sont amis, et liés à vie par l’exploit qu’ils ont accompli en 2016. L’ailier-fort décrit d’ailleurs volontiers le King comme « un putain de frère », et les deux hommes échangent souvent dans une conversation à 6 où figurent aussi JR Smith, Channing Frye, Richard Jefferson et Tristan Thompson. Une sorte de club d’élite de l’aventure folle qui a mis fin à 52 ans de disette à Cleveland.

Mais entre LeBron et Love, tout n’a pas toujours été rose, et particulièrement lors de leur première saison ensemble sous le maillot des Cavaliers.

Jusqu’alors, K-Love avait été la star toute sa carrière, go-to guy incontestable et incontesté à Minnesota, où il a tourné à plus de 26 points lors de son ultime saison. Mais dans l’Ohio, la donne change. Il touche beaucoup moins la balle. On lui demande de se mettre en retrait, sans jamais vraiment lui l’expliquer. Les tensions culminent avec un tweet devenu célèbre de LeBron James début 2015. Love n’est pas mentionné, mais tout le monde comprend vite à qui il s’adresse :

Arrête de trouver un moyen de T’EXCLURE et INCLUS-TOI juste. Fais partie de quelque chose de spécial ! Juste mon avis.

Lire aussi | Les fascinantes coulisses du trade de Kyrie Irving à Boston

Dans un entretien tout frais pour The Athletic, Love est revenu en profondeur et sans langue de bois sur l’épisode :

D’un côté, je trouve que (ce tweet) était extrêmement passif-agressif et débile. Et d’un autre côté, c’est vrai que j’avais besoin de m’intégrer. Mais ce n’était pas un processus facile pour moi. J’ai pris tout ça personnellement. J’aurais aimé pouvoir leur dire (au staff et aux coéquipiers) : « Ecoutez, vous devez comprendre ce que c’est d’être le centre d’attention, d’être LE gars, prendre 20 tirs par soir ». Mon aura en prend un coup car je me sacrifie. Alors au moins, reconnaissez-le.

Tout ce que je voulais, c’est un peu de love. Une tape dans le dos, un bras autour de l’épaule. Je n’ai jamais eu ça. Je voulais juste un peu de love. Même pas de la notoriété, juste un : « Ecoute, on sait que tu te sacrifies ». Ce n’était pas le cas la première année.

Publicité

La transition a donc été sacrément rude pour Love, qui a mal vécu d’être relayé au troisième plan derrière LeBron James et Kyrie Irving, les deux superstars annoncées et assumées de l’équipe à l’époque.

Tout a finalement fini par fonctionner, et le groupe mené par Tyronn Lue est allé chercher un des plus beaux titres de l’histoire de la ligue, en battant les Warriors au bout d’un Game 7 épique. Depuis, le respect mutuel et l’amitié ont balayé les rancœurs de 2015.

Dans la tourmente durant sa première saison à Cleveland, Kevin Love a su grandir, accepter, pardonner, et finalement jouer un rôle majeur dans l’épopée de 2016. Une histoire qui finit bien comme on les aime.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.