Jeep Elite – Tony Parker dégomme Edwin Jackson

0

Quelques semaines après le départ d’Edwin Jackson de l’ASVEL en direction de l’Espagne, Tony Parker a brisé le silence au micro de RMC Sport. Et c’est cassant.

Publicité

En février, on apprenait le départ d’Edwin Jackson de l’ASVEL sous forme de prêt. Le fantasque joueur rejoignait ainsi l’Estudiantes Madrid, quittant Lyon et sa relation conflictuelle et tumultueuse avec le coach Zvezdan Mitrovic.

Boss de l’ASVEL, Tony Parker en a vu d’autres, au gré des années et des vestiaires qu’il a fréquentés, et il a géré le problème comme bon lui semblait, et d’une certaine manière « à la Spurs » : en se débarrassant de la mauvaise herbe.

Dans l’épisode 7 de « ASVEL, la série », diffusée sur RMC Sport, le plus grand basketteur français de tous les temps n’a pas mâché ses mots pour qualifier le comportement de celui qui fut son poulain :

Ma première réaction ? Déçu. Déçu parce que je pensais qu’Edwin était plus intelligent que ça. A ce niveau-là de ta carrière, tu sais très bien que tu ne racontes pas ce qu’il se passe dans un vestiaire aux journalistes. Tout le monde peut être frustré, mais à un moment donné il y a des choses que tu ne dis pas.

Lire aussi | Vers un duel 100% français aux Warriors ?

Personne n’est au-dessus du club, au-dessus du projet. J’ai toujours dit que je n’aurai pas d’état d’âme sur ça. Le plus important, c’est le projet, c’est qu’on réussisse. Le coach est en plus quelqu’un d’important pour le club. On a fait un doublé l’année dernière, et il n’y avait pas Edwin dans le groupe…

Il faut de la rigueur, de la discipline. Si tu n’es pas capable de supporter un coach comme ça, alors change de club. Parce que nous à l’ASVEL, on veut gagner des titres.

Publicité

Faut-il voir ici la fin définitive de l’aventure entre Jackson et le club rhodanien ? A en croire TP, il sera compliqué de recoller les morceaux :

On verra. Là, il est prêté jusqu’à la fin de la saison, il aura encore trois ans de contrat, mais on verra. Ça va être difficile. Après ce qu’il s’est passé, je ne vois pas comment ils vont se remettre à travailler ensemble, Zvezdan et lui.

Pour plus de détails sur « ASVEL, la série » de RMC Sport, cliquez ici.

Patron respecté sur le terrain, Tony Parker l’est aussi en dehors. Et comme lors de toute sa carrière, rien ne passe avant l’équipe et le respect de l’institution. Edwin Jackson l’a appris à ses dépens.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.