Publicité

NBA – 5 joueurs qui déçoivent cette saison

Donovan Mitchell et Mike Conley
David Sherman

Après avoir signé un bel exercice la saison dernière, ou bien rejoint une nouvelle franchise pour aller chercher un titre, plusieurs joueurs ont vu le poids sur leurs épaules augmenter. Certains ne se montrent cependant pour l’heure pas à la hauteur des attentes. On vous propose donc une liste non-exhaustive de 5 noms qui entrent pleinement dans cette catégorie.

Publicité

1. Kyle Kuzma

12.5 points, 42.8 % au tir, 4.5 rebonds, 1.3 passe

Débutons par la plus grande déception de l’une des meilleures équipes de la ligue : Kyle Kuzma. Seul rescapé du young core si prometteur des Lakers, l’ailier de 24 ans sortait de deux premières saisons surprenantes au vu de son rang à la draft (27e choix en 2017). Le front office de la franchise basait donc de grands espoirs dans son association avec LeBron James et Anthony Davis, et espérait le voir se placer comme la troisième menace offensive de l’équipe. Aujourd’hui, il n’en est rien. Kuz voit ses moyennes chuter les unes après les autres, notamment en terme d’adresse au tir (42.8%, 29.9% à 3 points), en même temps que ses responsabilités en attaque. Forcément relégué sur le banc compte tenu de sa défense tout aussi poussive, il peine à retrouver le niveau qui lui a permis de conserver sa place dans le roster angelino l’été dernier.

Publicité

2. Mike Conley

13.9 points, 40.7 % au tir, 3.2 rebonds, 4.3 passes

Cherchant à consolider sa réputation de place forte à l’Ouest, le Jazz s’est débarrassé de Ricky Rubio pour accueillir un meneur au CV encore plus impressionnant : Mike Conley. Superstar à Memphis, le joueur de 32 ans débarquait dans un collectif plus huilé que celui des Grizzlies, mais surtout aux plus grandes ambitions. Mais entre absences sur blessures et prestations trop timides et irrégulières pour son rôle, il n’a pas pris les rênes du jeu de Utah comme l’aurait souhaité son board. Quin Snyder doit donc composer avec cette forme fluctuante de l’une de ses stars, et ne parvient pour l’heure pas à faire de son équipe un candidat sérieux au titre. 4e à l’Ouest, on les voit mal aller plus loin que les demi-finales de conférence si Conley ne trouve pas son rythme de croisière. Bonne nouvelle encourageante cependant : ça va mieux récemment. A confirmer.

Publicité

Lire aussi | Doit-on s’inquiéter pour James Harden suite à ses récentes prestations ?

3. Al Horford

11.9 points, 43.7 % au tir, 6.8 rebonds, 4 passes

Dans un cinq déjà quasi-exclusivement occupé par des stars avant son arrivée, Al Horford avait la charge de faire franchir un nouveau pallier aux Sixers. Son arrivée depuis Boston se plaçait comme un très bon coup pour Philly, mais la réalité du terrain a rapidement fait revoir ce constat. Son association avec Joel Embiid inexistante, l’ancien des Celtics galère à trouver sa place dans le jeu de Brett Brown depuis plusieurs mois. Ce dernier semblait même avoir trouvé le remède au mal-être des siens en mettant l’intérieur sur le banc il y a quelques semaines. Les statistiques du duo Simmons-Embiid se voyaient en effet métamorphosées sans la présence d’Horford sur le parquet. Il a depuis refait son apparition en tant que titulaire, profitant de la blessure du pivot camerounais, mais devra grandement améliorer son niveau et son entente avec ses partenaires d’ici les playoffs.

Publicité

4. Gary Harris

10.3 points, 41.6 % au tir, 2.9 rebonds, 2.1 passes

Après avoir signé un contrat de 4 ans et 84 millions de dollars en 2017, Gary Harris avait réalisé ce qui se place toujours comme la meilleure saison de sa carrière : 17.5 points, à 48.5% au tir et 39.6% à 3 points. L’arrière de poche des Nuggets semblait alors promis à une progression linéaire qui entraînerait avec lui l’amélioration de son équipe. Mais comme dans beaucoup de carrières, les blessures l’ont empêché de suivre cette trame idéale. À ce stade de la compétition, il n’a manqué « que » 9 matchs cette saison, mais ne constate pour autant pas une amélioration de ses chiffres. Dans un collectif de Denver qui fonctionne sur courant alternatif depuis octobre, il ne parvient pas à tirer son épingle du jeu, et voit par exemple son ancien backup, Malik Beasley, cartonner chez les Wolves. À l’image des joueurs cités ci-dessus, il devra retrouver toutes ses qualités pour permettre à sa franchise d’effectuer un long run en playoffs.

Publicité

5. Lauri Markkanen

14.7 points, 42.4 % au tir, 6.3 rebonds, 1.5 passe

Rare rayon de soleil chez les Bulls depuis son arrivée dans la ligue, Lauri Markkanen avait réalisé une deuxième saison, dite de confirmation, très aboutie l’année dernière. Malgré tout polluée par les blessures, celle-ci laissait présager d’un troisième exercice synonyme de véritable explosion pour le Finlandais. Mais hormis son premier match de la saison face aux Hornets, où il avait compilé 35 points et 17 rebonds, il se montre décevant face aux grands espoirs placés en lui par les fans et les dirigeants de la franchise. Pire, il passe parfois complètement à côté de ses rencontres, à l’image du récent affrontement contre les Pacers (3 points, 5 rebonds en 22 minutes). Appelé à prendre le lead de l’attaque des jeunes Bulls avec Zach LaVine, l’intérieur ne confirme pas.

La saison est encore loin d’être finie, et maintient forcément l’espoir de voir ces cinq joueurs rehausser leur niveau de jeu. Cependant, force est de constater qu’ils n’assument pas leur rôle dans leur équipe respective jusqu’à présent.

Al Horford Kyle Kuzma Mike Conley NBA 24/24

Feed NBA 24/24