NBA – Les anecdotes folles sur Kawhi Leonard lorsqu’il était à la fac

Kawhi Leonard sous le maillot de San Diego State en 2011
(DR)

Parmi tous les athlètes de la ligue, Kawhi Leonard est un étudiant passionné du jeu. Un trait de caractère qu’il cultivait déjà durant ses années NCAA, comme l’ont révélé d’anciens coéquipiers et coachs à San Diego State par le biais de superbes anecdotes.

Publicité

Depuis désormais plusieurs saisons, Kawhi Leonard se place comme l’un des meilleurs joueurs NBA. Un statut qu’il a principalement acquis suite à son titre de MVP des Finales en 2014 avec les Spurs, après une série folle face à LeBron James, et qui n’a fait que se renforcer en 2019 alors qu’il brandissait le trophée Larry O’Brien comme franchise player des Raptors.

Cette trajectoire était pourtant loin d’être toute tracée pour l’ailier. Drafté en 15ème position par San Antonio en 2011, il ne devient titulaire indiscutable que la saison suivante. Et là encore, il ne présente qu’un costume de role player aux côtés du Big Three de l’époque. Sa progression s’est finalement révélée linéaire au fil des années, pour s’établir comme un challenger sérieux au titre de MVP en 2020.

Publicité

Pour en arriver là où il se trouve actuellement, Kawhi n’a pas attendu son arrivée dans la ligue. Il se démarquait déjà de ses coéquipiers à l’université par son éthique de travail irréprochable. Certains d’entre eux, tout comme d’anciens assistants coachs, ont détaillé pour The Athletic cette obsession qui l’habitait à San Diego State :

John Van Houten, manager : La partie la plus cool de Kawhi ? Il jouait tout le temps avec un mini-panier. Dans toutes ses maisons, il avait toujours un mini-panier. Vous pouviez seulement jouer avec votre main gauche, pas avec la droite. C’est une chose vraiment cool, parce qu’il travaillait sur son jeu même lorsqu’il était chez lui.

Publicité

LaBradford Franklin, arrière : Il avait un mini-panier Nerf fixé sur la porte de son appartement, et il ne faisait que shooter. Ses amis venaient pour jouer à 2K, et lui nous défiait à un concours de lancers francs.

Lire aussi | Que fait Kawhi Leonard quand il ne joue pas au basket ?

Plus que cet entrainement sans relâche au tir, c’est aussi son obsession pour Michael Jordan qui a grandement marqué ses anciens proches à l’université :

Van Houten : Il venait chez moi, et il regardait des highlights de Michael Jordan. On les appelait les « Mike Highs ». Genre quatre ou cinq heures à chaque fois.

Publicité

Dave Velazquez, assistant coach : Quand on venait de finir un match, il fonçait sur son téléphone regarder Jordan sur YouTube. Tout de suite. Il n’envoyait pas de messages. Il regardait Jordan sur YouTube. Il regardait ça toute la journée, tous les jours.

Tim Shelton, ailier : On le voyait regarder ces trucs. Mais il ne voulait jamais en parler.

Coach Velazquez : Coach Fischer avait mis en place une règle anti-portable pendant les repas de l’équipe, mais Kawhi le tenait sous la table et regardait des highlights de Jordan. Il étudiait vraiment ses moves.

Publicité

Franklin : Sur son portable, son fond d’écran, c’était Michael Jordan. Il disait toujours : « Je suis Mike. Vous aimez LeBron, vous aimez Kobe ? Ouais, ils sont cools, mais je suis Mike. Je veux être le meilleur, le plus grand ». Et vu la manière dont il se comportait, on savait qu’il était sérieux. On savait que c’était ce qu’il voulait vraiment.

S’il a encore du chemin pour rejoindre Michael Jordan dans l’histoire, Kawhi Leonard affiche la même mentalité de travailleur acharné et de compétiteur que His Airness depuis ses jeunes années. C’est déjà un bon point.

Déclarations Kawhi Leonard NBA 24/24 NCAA

Les dernières actualités