NBA – Les 10 pires équipes de l’histoire de la ligue

Kemba Walker et Bismack Biyombo sous le maillot des Charlotte Bobcats
Streeter Lecka

Atroces. Calamiteuses. À oublier. Certaines franchises connaissent des saisons bien plus difficiles que d’autres, affichant un effectif et un niveau de jeu tout simplement ridicules. Cela leur permet d’une triste manière d’entrer dans l’histoire de la ligue, dans le classement peu reluisant des pires équipes all-time.

Publicité

Note : Bien que ce classement tienne majoritairement compte des bilans de chacune des équipes, celles-ci peuvent également voir leur place dans la liste influencée par le contexte de leur saison. En outre, chaque franchise ne peut apparaitre qu’une fois ; c’est ainsi la pire saison de certaines d’entre elles qui a dû être retenue. Enfin, les équipes ne possédant pas 5 ans d’ancienneté dans la ligue n’ont pas été retenues, dans un souci d’équité sportive.

10. Cleveland Cavaliers (2002-03)

Bilan : 17 victoires / 65 défaites (20.7% de victoires)

Suite au trade d’Andre Miller aux Clippers en échange d’une contrepartie négligeable, les intentions des Cavs étaient claires. Pourtant, ces derniers ont par exemple remporté à l’occasion de leur quatrième rencontre un succès de choix face à des Lakers triple-champions en titre (89-70). La suite des événements a été moins glorieuse… Mais leur a permis d’hériter du 1Er choix de Draft et d’un certain LeBron James.

9. Chicago Bulls (2000-01)

Bilan : 15 victoires / 67 défaites (18.3% de victoires)

Le processus de reconstruction des Bulls post-Jordan s’est pleinement lancé au début des années 2000. Huit des 16 joueurs ayant foulé les parquets sous les couleurs de l’équipe cette saison-là… étaient des rookies, parmi lesquels Jamal Crawford. Un tel bilan leur a simplement offert le 4e choix de la Draft, avec lequel ils ont sélectionné Eddy Curry.

Publicité

7. Atlanta Hawks (2004-05)

Bilan : 13 victoires / 69 défaites (15.9% de victoires)

Leur premier match de la saison laissait inaugurer du reste des festivités pour les Hawks. Une défaite de 30 points face aux Suns, et le festival de défaites était lancé pour une équipe emmenée par les rookies Josh Smith et Josh Childress. Et les innombrables mouvements d’effectif n’ont certainement pas aidé.

7. Houston Rockets (1982-83)

Bilan : 14 victoires / 68 défaites (17.1% de victoires)

En fin de cycle, les Rockets décident durant l’été 1982 de se séparer de leur pivot star Moses Malone. Elvin Hayes n’affichait déjà plus le niveau de ses meilleures années, et n’a pas cherché à extirper son équipe des tréfonds de la ligue. L’objectif était clair : obtenir de bons picks à la loterie, et repartir sur de nouvelles bases. En attendant, c’est le méconnu Allen Leavell qui menait la franchise. C’est dire.

Publicité

6. Los Angeles Clippers (1986-87)

Bilan : 12 victoires / 70 défaites (14.6% de victoires)

Mêmes desseins, résultat différent pour les Clippers quelques années plus tard. Désastreux durant l’ensemble de la décennie 1980, ces derniers ont excellé dans le domaine lors de l’exercice 1986-87, sans même récupérer un choix de Draft du Top 3 à son issue. Oubliez David Robinson, les Clipps ont donc dû se contenter de Reggie Williams. Ironie du sort, un certain Scottie Pippen a été sélectionné en 5e position.

5. New Jersey Nets (2009-10)

Bilan : 12 victoires / 70 défaites (14.6% de victoires)

Brook Lopez et… pas grand chose d’autre. À 12 matchs de la fin de saison 2009-2010, les Nets présentent un bilan catastrophique de 7 victoires pour 63 défaites. « Heureusement » pour eux, ils obtiennent 5 victoires lors des matchs suivants, et sauvent quelque peu les apparences. À leur actif : le pire début de saison de l’histoire, avec un exceptionnel 0-18.

Publicité

4. Denver Nuggets (1997-98)

Bilan : 11 victoires / 71 défaites (13.4% de victoires)

La saison 1997-98 des Nuggets fut une histoire de séries. Et bien évidemment, des séries de défaites. 0-12 pour bien débuter, puis des streaks de 16 et 23 revers consécutifs. Histoire d’illustrer un peu plus leur débâcle, 11 équipes ont remporté plus de 47 matchs cette année-là. Denver n’a gagné aucun des 37 matchs disputés contre ces dernières.

3. Charlotte Bobcats (2011-12)

Bilan : 7 victoires / 59 défaites (10.6% de victoires)

Certes, les Bobcats 2011-12 présentent le pire pourcentage de victoires all-time sur une saison. Mais celle-ci n’a compté que 66 matchs, ce qui atténue légèrement leur exploit de médiocrité. Les coéquipiers d’un Kemba Walker rookie ont ainsi perdu 13 matchs de plus que n’importe quelle autre équipe durant cet exercice et n’ont récupéré que le 2e choix de Draft. Ils s’en sont servis pour récupérer Michael Kidd-Gilchrist, laissant filer Bradley Beal, Damian Lillard ou encore Andre Drummond. Le calice jusqu’à la lie.

Publicité

2. Dallas Mavericks (1992-93)

Bilan : 11 victoires / 71 défaites (13.4% de victoires)

Les Mavs ont perfectionné la technique du tanking lors de la saison 1992-93, en ne faisant apparaitre sur le terrain que des joueurs avec 5 ans d’expérience ou moins dans la ligue. Sur leurs 71 défaites, 58 l’ont été avec une marge de 10 points ou plus. L’expérience leur aura au moins permis de récupérer Jamal Mashburn à la Draft.

1. Philadelphia 76ers (1972-73)

Bilan : 9 victoires / 73 défaites (11.0% de victoires)

Ne cherchez plus, vous avez la pire équipe NBA de l’histoire. En guise de contexte, la ligue ne comptait que 17 équipes dans ses rangs à cette époque. Philadelphie a terminé 12 matchs derrière le 16e du classement. Toujours pas remis de la perte de Wilt Chamberlain 5 ans plus tôt, les Sixers ont compilé cette saison-là le plus grand nombre de défaites en une saison. Même l’équipe de 2015-16 à l’origine du Process n’ont pas fait mieux, avec 72 unités.

Lire aussi : Les 5 pires équipes all-time qualifiées en playoffs

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, cela a dû demander de grands efforts à ces franchises pour atteindre de tels sommets dans la nullité. Le prix d’apparaitre dans cette liste ne doit en être que plus beau.

Les dernières actualités