Publicité

NBA – Ce que The Last Dance ne vous a pas montré sur les Finales 1992

Jordan Scottie Pippen pigeon argent
(DR)

Une des critiques formulées contre l’excellent documentaire The Last Dance, c’est sa propension à mettre Michael Jordan en avant au détriment des autres. Nouvelle preuve avec les Finales 1992, dont le récit n’a pas du vraiment plaire à Scottie Pippen…

Publicité

Si The Last Dance a été un véritable carton, tant auprès des fans qu’au niveau de l’audience américaine et internationale, il n’en conserve pas moins quelques détracteurs, notamment parmi la communauté NBA. Craig Hodges ou encore Horace Grant ont figuré parmi les critiques, tandis que Scottie Pippen a été meurtri et déçu du portrait dressé de lui.

Si l’approche de l’éternel lieutenant de Michael Jordan est discutable, lui qui a tout de même eu droit à de nombreuses louanges, on imagine que les Finales 1992 lui restent forcément en travers de la gorge, et plus particulièrement le Game 6.

Publicité

Le 14 juin 1992, les Bulls ont en effet l’occasion de plier l’affaire et remporter leur deuxième titre de rang. Seulement voilà : Clyde Drexler et les Blazers ont d’autres plans en tête, et à l’entame de l’ultime quart-temps, Chicago est menée de 15 points !

Lire aussi | Les meilleures phrases et quotes de The Last Dance

Jordan prend place sur le banc, et c’est alors Scottie Pippen, seul titulaire des Bulls encore sur le parquet, qui porte d’une main de maître une line-up composée de BJ Armstrong, Scott Williams, Stacey King, Bob Hansen et lui-même à un énorme run qui ramène les troupes de Phil Jackson à 3 points en 3 minutes 30. Un passage décisif des Finales NBA et de la dynastie des Bulls… totalement omis dans The Last Dance.

Michael Jordan reviendra ensuite aux affaires et clôturera la partie avec son génie habituel, scorant 10 des 12 derniers points de Chicago, mais rien n’aurait été possible sans l’improbable comeback mené par Scottie Pippen et les remplaçants.

Publicité




Pour les plus curieux d’entre vous, voici un court résumé du match avec, cette fois-ci, l’emphase justifiée sur le fameux run :

Publicité

L’omission de cette séquence dans le documentaire est regrettable, et on imagine Scottie Pippen furieux en le découvrant. Mettons ça sur le compte de la limite de temps…

Feed NBA 24/24