NBA – Le commentaire en direct le plus irrespectueux de l’histoire

0

Pour être un bon commentateur sportif, il faut une capacité d’analyse surdéveloppée, un phrasé irréprochable, et éventuellement le sens de la punchline. Jeff Van Gundy l’a bien compris, et en 2011, il nous a gratifié du monologue le plus irrespectueux de l’histoire. Pauvre Serge Ibaka !

Publicité

Le trash-talking est quelque chose d’inévitable en NBA, et quelque soit l’époque, les joueurs s’enverront toujours des mots doux dans les dents. Ce qui est plus rare en revanche, c’est que les commentateurs au bord du terrain se lancent eux aussi dans cet exercice de style si difficile à maitriser.

Pourtant, l’un d’entre eux en a fait sa marque de fabrique… Il s’appelle Jeff Van Gundy, et c’est tout sauf une surprise, puisque déjà lors de sa carrière de coach, il avait la langue bien pendue. L’exemple le plus marquant reste une interview lunaire au cours de laquelle il avait qualifié Michael Jordan d’escroc !

Forcément, cette gouaille légendaire n’a pas disparu lors de son passage derrière le micro. Sans jamais aller dans l’insulte, le grand frère de Stan peut enchainer quelques petites moqueries bien senties, pour le plus grand bonheur des téléspectateurs.

Et lors de la finale de conférence Ouest en 2011, opposant les Mavericks au Thunder, Jeff Van Gundy a perdu la raison, et s’est lancé dans une tirade des plus irrespectueuses, mais des plus drôles. Face au festival Dirk Nowitzki, JVG a eu des mots durs à l’encontre de Serge Ibaka… Le pauvre, il venait déjà de prendre 46 points sur la tête.

Lire aussi | Comment l’irrespect de Dwyane Wade en 2011 a couté le titre au Heat

Je vais vous dire un truc, vous ne verrez jamais quelqu’un qui vient de prendre 44 points sur la tête faire autant d’efforts que Serge Ibaka.

[…] Si je m’appelle Serge Ibaka, j’appelle mon premier enfant Dirk ! Ce qu’il lui fait est incroyable.

Publicité

Alors évidement, la performance de Dirk Nowitzki ce jour là était légendaire (48 points, 6 rebonds, 4 passes, 4 contres), mais de là à suggérer à Serge Ibaka d’appeler son enfant « Dirk », il y a une limite ! Dans le genre irrespect, on a rarement fait pire au commentaire.

Cette séquence n’enlève rien à la qualité du commentateur qu’est Jeff Van Gundy, bien au contraire. C’est le genre de tirade qui le rend si unique dans son style. Si on ajoute à cela son passif de coach, on obtient un mélange bien équilibré.

Preuve qu’il dit toujours ce qu’il pense, le voici en train de détruire des arbitres pendant 3 minutes.

Serge Ibaka s’est déjà fait postériser à maintes reprises, mais cette phrase de Jeff Van Gundy reste la chose la plus traumatisante et humiliante de sa carrière.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.