NBA – L’accueil glacial réservé à Steph Curry aux Warriors

0

Avec le recul, on sait que la décision des Warriors de sélectionner Stephen Curry en 2009 était la bonne. Avec le meneur, Golden State a découvert la gloire, les titres, et surtout, la franchise a révolutionné le jeu NBA. Mais à l’époque de la draft du Chef, il y avait pas mal de sceptiques, y compris dans le vestiaire. Sacré accueil.

Publicité

11 ans après, plus personne ne remet en cause la décision des Warriors d’avoir sélectionné Stephen Curry avec le 7ème choix de la draft 2009. Aujourd’hui, le meneur est un triple champion, un double MVP, dont un remporté unanimement, et un multiple All-Star. En fait, il est tout simplement l’un des meilleurs meneurs de l’histoire.

Mais ça, personne ne pouvait l’anticiper à l’époque. C’est la raison pour laquelle les avis étaient mitigés le soir de la draft. Certains fans étaient heureux d’avoir un meneur capable de scorer aussi bien de près que de loin, quand d’autres redoutaient des problèmes d’alchimie.

Car en 2009, les Warriors étaient l’équipe de Monta Ellis, cet attaquant formidable capable d’énormes coups d’éclat. Non seulement il était le visage de la franchise de la Baie, mais il était aussi le chouchou de l’Oracle Arena. C’est donc forcément avec beaucoup de méfiance qu’il a vu arriver le meneur tout droit sorti de Davidson.

D’ailleurs, quelques heures après la draft, l’arrière avait sorti une interview lunaire, dans laquelle il confiait ne pas pouvoir / vouloir jouer avec le jeune Curry, qu’il jugeait trop faible physiquement notamment. Niveau accueil, on fait difficilement plus froid !

Je n’ai aucun souci avec le fait que mes dirigeants aient choisi Curry. Quelque soit la décision, c’est la leur, ils assumeront. Ils ont surement une bonne raison. Je vais quand même souhaiter à Curry de faire le meilleur training camp possible, et de progresser au fur et à mesure de sa carrière. C’est mon coéquipier.

Lire aussi | Le message très classe de Monta Ellis à Stephen Curry après son trade à Milwaukee

Mais est-ce que nous pouvons jouer ensemble sur les postes 1 et 2 ? Non. Nous ne pouvons juste pas. Moi je veux gagner, et nous ne gagnerons pas comme ça ! On ne peut pas comparer Stephen Curry et moi à Baron Davis et moi !

Publicité

Baron Davis était un vétéran qui connaissait, comprenait, maitrisait le jeu NBA, et surtout, il était très costaud. Tu ne peux pas associer deux combo guards minces quand tu dois affronter plein d’équipes plus fortes physiquement. Nous allons jouer vite, certes, mais en playoffs le jeu ralentit, et là, nous ne pourrons rien faire.

Monta Ellis ne pouvait pas être plus a côté de la plaque… Au final, c’est bel et bien en courant et en tirant que les Warriors sont arrivés au sommet. Là où il avait raison en revanche, c’est que lui et le Chef n’auraient sans doute jamais gagné ensemble. Clairement, les dirigeants de la Baie ont fait le bon choix en séparant ce duo.

Pour remuer le couteau dans la plaie, voici un échantillon des exploits de Stephen Curry. Tu vois Monta, on peut être mince et dominer allègrement.

Une chose est sûre, Stephen Curry avait déjà un mental de champion. Réussir sa carrière après un tel accueil de la part de ses coéquipiers est presque un exploit !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.