NBA – « Pourquoi on s’est si bien entendus ? Parce qu’on est tous les deux des trous du cul »

demarcus cousins warriors equipe la plus detstée
(DR)

Souvent qualifié d’électron libre difficile à coacher durant sa période à Sacramento, DeMarcus Cousins n’a pas toujours récolté des bienfaits grâce à son tempérament. Celui-ci lui a pourtant permis de nouer des liens d’amitié forts avec un ancien coéquipier, qui se retrouve dans cette description.

Publicité

Si la fin de saison NBA est entourée d’incertitudes, celle au sujet de DeMarcus Cousins est certainement la plus déroutante. Courtisé par de nombreuses équipes pour la suite de la compétition, le pivot a dans un premier temps été déclaré forfait pour la reprise, avant que son agent ne laisse planer le doute.

Bien malin celui qui pourra donc dire avec certitude si Boogie évoluera dès cet été pour une 4e franchise dans sa carrière. Après des passages aux Kings, aux Pelicans et aux Warriors, il n’aura finalement jamais pu prendre part à une rencontre avec les Lakers, chez qui il était sous contrat depuis juillet 2019.

Publicité

Une déception, d’autant plus lorsque l’on sait qu’il aurait pu retrouver sur les parquets l’un de ses anciens coéquipiers avec lequel il s’entend particulièrement. Comme à Sacramento et à la Nouvelle-Orléans, DMC aurait ainsi pu former un axe 1-5 aussi dangereux que déjanté avec… Rajon Rondo.

Outre un génie certain ballon en main et sur les terrains, les deux hommes partagent un grain de folie qui leur a souvent fait défaut dans leurs anciennes équipes. C’est pourtant ce dernier trait de caractère qui les aurait rapprochés d’après le meneur, qui expliquait leur relation à TNT en 2015.

Publicité

Je dirais que, d’après les mots de Kobe, on est tous les deux des trous du cul. On est tous les deux des abrutis. On a tous les deux la tête dure. Et c’est ce qui nous sépare du reste des joueurs et qui nous rend si bons.

Lire aussi | Le joueur sur la couverture de 2K21 révélé !

Avec respectivement 9 et 14 saisons à l’heure actif, DeMarcus Cousins et Rajon Rondo peuvent effectivement penser que leur personnalité si difficile à apprivoiser les rend indispensable en NBA. Ce serait en tout cas ce qui leur aurait permis de si bien s’entendre sur les parquets et en-dehors lors de leurs diverses retrouvailles sous les mêmes couleurs.

Publicité

Malgré tout, ce même tempérament bien trempé peut parfois se monter bien moins avantageux, à commencer par leurs liens avec leurs autres coéquipiers. Rondo, cette fois-ci dans le cadre d’une interview pour ESPN en 2016, révélait que cette attitude de « trou du cul » l’empêchait de se faire beaucoup d’amis dans la ligue.

Je n’ai pas beaucoup d’amis. Je m’entends simplement bien avec d’autres trous du cul : Kobe, DeMarcus, Josh Smith, Big Baby (Glen Davis). On est pareils. Ce que j’aime chez chacun de nous, c’est qu’on est des compétiteurs sur et en-dehors des terrains. On déteste perdre. Je ne vais pas dire qu’il n’y a pas beaucoup de compétiteurs dans la ligue, mais il y a une certaine manière de jouer à ce niveau et de respecter son adversaire comme il se doit.

Publicité

Qui se ressemble s’assemble, y compris sur les parquets NBA. Rondo a donc trouvé dans les autres joueurs au tempérament parfois borderline des partenaires de choc, DeMarcus Cousins y compris. De quoi encore plus regretter leur non-association sous le maillot des Lakers.

Assholes recognize assholes, comme le veut le dicton. Enfin, il faut croire…

Les dernières actualités