NBA – Le challenge borderline du coach des Lakers au rookie Kobe Bryant

0

Novembre 1996. Les Lakers débutent une nouvelle saison et viennent de recevoir dans les rangs un jeune prêt à mordre tout ce qui bouge : Kobe Bryant. Face à un poulain aussi farouche, le coach de l’époque lui propose un challenge cash, quoique borderline. Surtout dans l’oreille du Mamba.

Publicité

Lors de sa première saison aux Lakers, en 1996-1997, le rookie Kobe Bryant n’est pas titulaire – loin de là, même. Bean arrive directement de high school, fait très rare à l’époque, et il doit faire ses preuves dans une ligue coriace. Bien que très prometteur, les doutes sont permis, et il est d’ailleurs sélectionné en « seulement » 13ème position de la Draft quelques mois plus tôt, avant d’être immédiatement abandonné par les Hornets.

Mais le Mamba, du haut de ses 18 ans, ne craint rien ni personne. Fidèle à sa mentalité, il veut devancer tout le roster et avoir sa place dans le cinq de départ. Une volonté que Del Harris, son coach de l’époque, ne souhaite pas satisfaire sans challenger son poulain. Et en tant que grand fan de boxe, il va alors lui fixer un défi très explicite, même si un peu bordeline pour un joueur au tempérament aussi bouillonnant que Kobe.

C’est Eros Villanueva, journaliste pour ESPN, qui rapporte les propos de l’ancien coach :

J’ai dit à Kobe dit qu’il devrait mettre KO un joueur avant d’obtenir sa place. C’était comme un match de boxe de championnat. Aux Philippines, vous connaissez la boxe. Tu ne gagne pas aux points contre le champion. Il faut le mettre KO.

Lire aussi | Monsieur Fisk, le professeur méconnu qui a transformé Kobe Bryant au lycée

Mais alors, quel joueur devait-il « mettre KO » pour prendre sa place ? Il s’agit tout simplement d’Eddie Jones, arrière drafté en 10ème position par les Lakers deux ans plus tôt (1994). Jones débarque via le circuit classique depuis l’université Temple de Philadelphie, tourne à 14 points de moyenne dès sa saison rookie et monte même à 17 unités lorsque le Mamba débarque dans le roster.

C’est donc lui la cible de ce défi proposé au jeune Kobe, alors qu’il joue uniquement en rotation et temps limité (15 minutes la première saison) depuis le banc. Del Harris poursuit ainsi son récit.

Publicité

Donc j’ai dit à Kobe : « Un jour, ça arrivera (être titulaire, ndlr), mais ce n’est pas pour maintenant ». Il n’a pas aimé ça à l’époque. Il voulait jouer tout le temps. Mais il a apprécié plus tard. Il me l’a dit

Il faudra finalement attendre sa troisième saison pour que Kobe intègre définitivement le 5 de départ des Lakers, en 1998-1999 (contre une seule titularisation l’exercice précédent). Et face à la progression fulgurante du Mamba depuis 1996, Eddie Jones est alors transféré dans la foulée pour lui libérer du temps de jeu. Ironie du sort, à Charlotte, franchise qui abandonnait Kobe quelques année plus tôt.

Tout aussi honorable dans cette histoire, c’est aussi le comportement d’Eddie Jones, qui a servi de mentor au jeune Kobe Bryant jusqu’à son transfert pour Charlotte. Entre natifs de Philadelphie, priorité à la fraternité.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.