NBA – 10 busts de draft qui ont parfaitement réussi dans leur vie post-basket

Darko Milicic lors de sa Draft NBA par les détroit Pistons, en juin 2003
Paul Sancya

Assumer un statut de haut pick de draft n’est jamais facile en NBA. Pour ceux qui n’y parviennent pas, il faut alors surmonter cette déconvenue une fois à la retraite, et espérer y rencontrer un plus grand succès. C’est la performance qu’ont su réaliser les 10 busts suivants.

Publicité

10. Luther Wright

18ème pick de la Draft 1993

15 petits matchs, et s’en est allé. Après avoir compilé 1.3 point de moyenne sur ses 15 premières rencontres dans la ligue, le géant Luther Wright (2m18) a été diagnostiqué bipolaire. Soigné dans un institut spécialisé, le pivot a ensuite connu meilleur fortune. Son contrat avec le Jazz lui a ainsi permis de toucher 153.000$ par an pendant… 25 ans. Il a également rencontré un grand succès en tant que DJ.

9. Steve Stipanovich

2ème pick de la Draft 1983

Préféré à Clyde Drexler par les Pacers, Steve Stipanovich n’a pas forcément justifié le choix de ses dirigeants. Sur ses 403 matchs dans la ligue, il a présenté des stats de 13.2 points, 7.8 rebonds et 2.3 passes pas vraiment dignes d’un 2nd pick de Draft. Néanmoins, sa reconversion en tant que propriétaire et opérateur d’une mine de charbon s’est révélée très fructueuse par la suite.

Publicité

8. Jonathan Bender

5ème pick de la Draft 1999

Là encore, les Pacers n’ont pas vraiment eu le nez creux avec le prospect sorti de high school Jonathan Bender. Honnête joueur de banc, il n’avait cependant rien d’un 5ème pick de Draft, en témoignent ses 5.5 points et 2.2 rebonds de moyenne. Cela ne l’a pas empêché, une fois retraité, de lancer sa propre ligue de 1-contre-1, la NSBA, ainsi qu’un appareil d’entrainement à succès, le JB Intensive Trainer.

7. Eric Montross

9ème pick de la Draft 1994

Au sortir d’un bon cursus universitaire passé à UNC, Eric Montross et ses 2m13 ont convaincu les Celtics de miser sur lui avec leur 9ème pick. Bien mal leur en a pris, puisqu’il affichait à son départ en retraite des moyennes en carrière de 4.9 points et 4.6 rebonds. Pour retrouver le bonheur, il a ainsi repris le chemin du campus de North Carolina, et se place désormais comme le commentateur officiel de la fac.

Publicité




6. Jay Williams

2ème pick de la Draft 2002

Le cas de Jay Williams diffère des autres dans cette liste, puisque le meneur des Bulls a vu sa jeune carrière NBA stoppée nette par un accident de moto un an après sa Draft. Plutôt que de s’apitoyer sur son sort, il a décidé de rejoindre les rangs d’ESPN en tant qu’analyste, et de raconter son histoire dans des conférences et dans son autobiographie, parue en 2016.

5. Pervis Ellison

1er pick de la Draft 1989

Le produit de l’université de Louisville Pervis Ellison représentait le franchise player parfait pour les Kings en 1989, qui n’ont pas hésité à le sélectionner en 1ère position. Malgré 11 saisons au compteur, sa production moyenne de 9.5 points et 6.7 rebonds ne s’est jamais montrée suffisante. Cette longue période dans la ligue lui a malgré tout permis de devenir un coach émérite à la Life Center Academy de Burlington, New Jersey.

Publicité

4. Bryant Reeves

6ème pick de la Draft 1995

Du haut de ses 2m13 et près de 130 kilos, Bryant Reeves a longtemps terrorisé les parquets de NCAA. Il n’a pas su transposer sa réputation en NBA, avec seulement 12.5 points et 6.9 rebonds de moyenne sur ses 6 saisons à Vancouver. Contraint de s’éloigner des terrains à cause des blessures, « Big Country » a fait honneur à son surnom en acquérant une ferme de 121 hectares dans l’Oklahoma.

3. Sam Bowie

2ème pick de la Draft 1984

Sam Bowie reste comme l’éternel nom placé entre Hakeem Olajuwon et Michael Jordan dans le tableau de la Draft 1984. N’ayant jamais su se montrer à la hauteur de ce statut dans la ligue (10.9 points, 7.5 rebonds, 1.8 contre de moyenne en 10 saisons), il s’est orienté avec succès vers les courses de chevaux. Devenu entraineur équestre, il semble avoir trouvé un nouveau terrain de jeu dans lequel enfin s’épanouir.

Publicité

2. Danny Ferry

2ème pick de la Draft 1989

Les 4 saisons passées à Duke et couronnées par de multiples distinctions individuelles par Danny Ferry se sont révélées être le peak de sa carrière. L’ailier fort n’a jamais su justifier sa sélection avec le 2nd pick de la Draft 1989, avec 7.0 points et 2.8 rebonds de moyenne en carrière. Champion avec les Spurs en 2003, il a cependant poursuivi sa route dans le front office de la franchise texane, avant de devenir GM des Cavs, puis des Hawks.

1. Darko Milicic

Darko Milicic nba reconversion

2ème pick de la Draft 2003

Considéré par beaucoup comme le plus gros but de l’histoire, Darko Milicic a surtout payé sa prestigieuse classe de Draft, constituée de LeBron James, Carmelo Anthony, Dwyane Wade oui encore Chris Bosh. Avec 6.0 points, 4.2 rebonds et 1.3 contre de moyenne en 10 saisons NBA, difficile de défendre son cas. De son étiquette de risée de la ligue, il est aujourd’hui à la tête d’un business tout aussi surprenant que très florissant dans son pays natal.

Lire aussi : 15 joueurs NBA qui ont pris de lourdes peines de prison

Que les Greg Oden ou autres Anthony Bennett se rassurent, échouer en NBA en tant que rookie très attendu n’est pas nécessairement une fin en soi. Ces 10 « busts » peuvent en témoigner plus que quiconque.

All-Time Classements (NBA) NBA 24/24

Toute l'actu NBA