NBA – Le coéquipier que Jimmy Butler ne voyait pas à son niveau à Philadelphie

joel embiid ben simmons jimmy butler philadelphie philadelphia sixers
(DR)

Avant son arrivée au Heat, Jimmy Butler était vu par de nombreux fans et observateurs comme un élément perturbateur dans les vestiaires. La raison était simple, il a une grosse personnalité, et dit toujours ce qu’il pense. À Philadelphie, cela a visiblement brouillé sa relation avec un coéquipier qu’il jugeait trop faible…

Publicité

Dans ses deux dernières franchises avant d’arriver à Miami, Jimmy Butler a laissé un souvenir plus que mitigé… Dans le Minnesota, on se souvient principalement de lui pour son légendaire entrainement, au cours duquel il a traumatisé Andrew Wiggins et Karl-Anthony Towns, en les battant à l’aide d’une équipe de troisièmes couteaux…

Et puis à Philadelphie son départ a longtemps été incompris. Éliminés au buzzer d’un match 7 par un tir improbable du futur MVP des Finales, les Sixers présentaient en apparence les meilleures chances de victoire pour « Buckets ». Sauf que lui avait vu de suite une chose que le public ne peut percevoir : Ben Simmons n’aurait pas le mental nécessaire pour jouer à un haut niveau. Ce qui aurait entrainé son départ.

Publicité

Jimmy Butler a passé plusieurs mois avec les Sixers, à évaluer si c’était la bonne situation pour lui en prévision de la free agency 2019. Butler a immédiatement aimé Embiid. Les gens parlent beaucoup de sa condition physique et son éthique de travail, mais sa personnalité a collé à celle de Jimmy. Peu importe les raisons, Butler était à fond avec Embiid.



En revanche, il n’était pas aussi à l’aise avec tout le monde. Ben Simmons n’était pas du niveau de Karl-Anthony Towns d’un point de vue personnalité, mais Butler ne le voyait pas à son niveau, ou à celui de Joel Embiid. Et puis il n’aimait pas la hiérarchie dans la franchise.

Publicité

En d’autres mots, Jimmy Butler aurait pu envisager son avenir à Philadelphie, si Ben Simmons disposait d’un état d’esprit plus conquérant… C’est en tout cas ce que laisse penser ce rapport établi par The Athletic ! La question de la hiérarchie laisse aussi penser qu’il n’aurait pas supporté d’être dans l’ombre longtemps.

Et difficile de remettre en cause sa décision. Avec le Heat, l’ailier est le leader d’une jeune franchise aux dents longues. Ses coéquipiers s’inspirent tous de sa mentalité, et les résultats suivent, puisque Miami s’apprête à retrouver les Finales NBA, pour la première fois depuis le départ de LeBron James.

Publicité

La différence de résultat entre Philadelphie et Miami est flagrante… Et si Jimmy Butler avait mis le doigt sur un élément important ? Ben Simmons a-t-il les capacités pour être un leader de vestiaire ?

Les dernières actualités