Publicité

NBA – Le secret de la fameuse culture Warriors révélé par un ancien

Klay Thompson, Draymond Green et Steph Curry des Warriors
Forbes (DR)

Si Golden State a tutoyé les sommets pendant tant d’années, c’est en grande partie grâce à la culture instaurée dans la franchise. Un concept assez flou qu’un ancien Warrior a parfaitement su clarifier.

Publicité

Qu’est-ce qui a permis à Boston de rester une place forte de la conférence Est, même durant les années plus délicates de la franchise au milieu de la décennie 2010 ? Quelle a été la clé du retour au sommet si rapide du Heat après la dissolution de son big three ? Comment expliquer le maintien de l’identité de jeu des Spurs, malgré un effectif amputé de ses légendes ?

Un seul mot pourrait convenir pour répondre à toutes ces questions : la « culture ». Une caractéristique que possèdent les 3 franchises nommées ci-dessus, et que les Warriors ont également su développer ces dernières années. La tâche n’a pourtant rien de simple, comme en témoigne le faible nombre d’équipes pouvant compter sur cet atout.

Publicité

Dorell Wright, passé par Golden State entre 2010 et 2012, a pu assister à la naissance de cette culture d’équipe qui a fait la réussite des Dubs quelques saisons plus tard. Pour Basketball Network, l’ancien ailier a livré le principal secret de cette montée en puissance progressive, jusqu’à la conquête de 3 titres et la construction d’un effectif mythique.

Publicité

Je pense qu’ils font venir des joueurs qui s’intègrent au collectif. Ils ne se contentent pas de prendre des gars qui jouent bien. Ils prennent des gars qui complètent bien ceux qui sont déjà présents, et qui sont de bonnes personnes. Vous voulez toujours être entouré de bonnes personnes, et leurs deux franchise players sont les meilleurs personnes que vous aurez l’occasion de rencontrer.



L’explication serait donc plus simple qu’il n’y parait. Outre le talent, le front office californien veille également à la personnalité des joueurs qu’il recrute. C’est ainsi le collectif de l’équipe et son état d’esprit qui lui a permis de mettre en place une dynastie, et qui serait avant tout instillé par Stephen Curry, Klay Thompson… et Draymond Green.

Publicité




Pareil pour Draymond, même s’il n’a pas forcément une bonne image par rapport à son comportement sur le parquet. En dehors du terrain, c’est un gars totalement différent. Les dirigeants font en sorte de rassembler des bonnes personnalités, et essayent de ne pas mettre un gros égo là-dedans. Et ils font un très bon boulot dans ce domaine.

Face à ces ultimes propos, certains pourraient mentionner la venue de Kevin Durant, et son passage mouvementé entre 2016 et 2019 aux Warriors. C’est effectivement une certaine guerre d’égos qui a provoqué son départ durant l’été 2019, même si son immense talent a permis de masquer cette mésentente pendant de longs mois.

Publicité

Pour le reste, la description des joueurs passés par Golden State ces dernières années est facile à dresser : travailleurs, collectifs, prêts à se sacrifier pour leurs coéquipiers, et humbles. Avec des éléments majeurs répondant à ce portrait, l’entente sur les parquets n’a pas dû être difficile à mettre en place pour Steve Kerr.

Pour Dorell Wright, l’ingrédient secret des Warriors, qui leur a permis de trôner au sommet de la ligue, n’est autre que la sélection minutieuse des recrues pour leur personnalité. Et comme il le reconnait lui-même, Bob Myers et ses adjoints ont excellé dans ce domaine.

En direct : toute l'actu NBA