NBA/NCAA – Le scandale mafieux orchestré par Henry Hill, héros des Affranchis

(DR)

Héros malheureux du film Goodfellas, Henry Hill a trempé dans de multiples combines, dont des trucages de match qui ont secoué les Etats-Unis à la fin des années 1970. Retour sur le fameux Boston College Point Shaving Scandal, qui a mené à des dizaines d’années derrière les barreaux.

Publicité

Aux Etats-Unis, les 4 sports majeurs ont toujours été ciblés par des gangsters divers et variés pour truquer des matchs et parier dessus. Les spécialistes en la matière ? La Cosa Nostra, branche américaine de la Mafia, comportant notamment les 5 célèbres Familles de New York (Gambino, Colombo, Lucchese, Bonnano et Genovese). C’est d’ailleurs avec la famille Genovese que Jack Molinas, le plus grand escroc de l’histoire du basket, avait réalisé une grande partie de son business. Sa fin, malheureusement pour lui, fut beaucoup plus tragique.

A la fin des années 1970, La Cosa Nostra est au sommet de son art. La Big Apple entière est aux mains du groupe criminel, et la justice patine. Ce n’est que quelques années plus tard, au milieu des années 1980, que le gouvernement finira enfin par faire tomber tout ce beau monde via la loi RICO, distribuant les peines de prison de 100 ans comme des bonbons.

Publicité

En attendant cette inéluctable chute qu’ils ignorent encore, les membres de LCN profitent. En 1978, Henry Hill, est ainsi contacté via Paul Mazzei par Rocco et Tony Perla, 2 petites frappes de Pittsburgh, spécialisés dans les paris illégaux. Hill, joué par Ray Liotta dans le mythique film Les Affranchis, parle du projet à James Burke, et les deux hommes font valider le tout par leur caporegime, Paul Vario. Si vous vous posez la question, oui : il s’agit bien là de 3 des personnages clés de Goodfellas.

De gauche à droite : Henry Hill (Ray Liotta), Jimmy Burke (Robert de Niro), Paul Vario (Paul Sorvino)

Pour les plus curieux d’entre vous, voici Hill et Burke, les deux associés Lucchese (mais pas affranchis car pas Italiens), dans la vraie vie :

De gauche à droite : Henry Hill et Jimmy Burke

Publicité

Avec le soutien désormais acté de mobsters aguerris, les frères Perla poursuivent la mise en place du schéma. Rick Kuhn, un de leurs amis de lycée, entame alors sa saison senior pour les Eagles de Boston College en NCAA. Il est donc « recruté » par les deux hommes, et met plusieurs coéquipiers dans la combine dont Jim Sweeney. L’idée est actée : se servir de ces hommes de l’intérieur pour truquer des matchs sélectionnés en amont, et pas n’importe lesquels.

L’objectif était en effet de ne s’attaquer qu’à des rencontres où Boston College était ultra-favori. Aux Etats-Unis, les paris se font très souvent sur le « point spread ». Par exemple, si les Eagles étaient donnés vainqueurs entre 10 et 15 points d’écart, Kuhn, Sweeney et les autres joueurs dans la combine devaient s’assurer de ne gagner que par un faible écart, permettant aux gangsters d’empiler l’argent qu’ils avaient misé en amont sur un tel résultat. Plutôt bien vu, non ?



Hill et Burke se sont chargés d’assurer le paiement des joueurs concernés, la protection et l’intimidation face à d’éventuels autres criminels qui voudraient rejoindre la croustillante combine, tout en l’étendant à des bookmakers illégaux à travers tout le pays, donnant un poids colossal à la manœuvre. Une fois ces données actées, tout ce petit monde s’est rencontré pour les derniers détails. Hill se souvient :

J’ai sorti un calendrier de la saison et j’ai demandé aux joueurs quels matchs ils pensaient qu’on pouvait truquer. Sweeney en a entouré plusieurs. Ils n’arrêtaient pas de me dire qu’ils aimaient l’idée de juste jouer sur l’écart de points, et non pas de devoir perdre le match. En plus, le schéma marchait aussi sur les matchs où Boston College était donné perdant – il y avait simplement à perdre avec un encore plus gros écart que prévu.

Publicité

Le 6 décembre 1978, les Eagles affrontent Providence, premier match sélectionné par les mafieux et les joueurs. Favori, Boston College est annoncé gagnant par 6-7 points, et l’objectif est de gagner par un écart plus restreint. L’échec est total, avec une victoire de 19 pions. Enragés, les mafiosi recrutent d’autres joueurs dans la combine pour s’assurer qu’un tel méfait ne se reproduise plus. Burke, connu pour être un tueur au sang glacial, dit à Hill de relayer ce message :

Qu’ils respectent bien leur part du marché. C’est plus difficile de jouer au basket avec les poignets brisés.

Les matchs suivant furent en grande partie une réussite pour les gangsters, qui avaient enfin trouvé leur rythme de croisière (une seule perte sur 7 rencontres !). Le 10 février, un match face à Holy Cross est désigné comme celui qui va permettre de rapporter très gros, et les mises placées sont colossales. Le problème ? Boston College ne perd pas avec une marge suffisamment grande, et les paris sont perdus. Chez lui à Queens avec Hill, Burke fracasse sa télé de rage après avoir perdu 50.000$ (176.000$ aujourd’hui). « C’est fini pour moi », glisse-t-il. Durant un moment, il est envisagé que Hill monte à Boston pour faire couler le sang, mais l’idée est finalement abandonnée.

Publicité

La combine s’arrête donc sur un échec, mais elle aura été fructueuse dans l’ensemble : en tenant compte de l’inflation, Hill a mis 350.000 dollars dans ses poches, tandis que d’autres parieurs plus haut placés dans les Familles et dans les cercles criminels se sont approchés du million.

Problème : en 1980, comme dépeint dans Goodfellas, Henry Hill est arrêté pour trafic de drogues et pour son implication dans l’immense Lufthansa Heist. Paranoïaque, faisant face à la perpétuité, accroc à la cocaïne et menacé de mort par ses anciens associés, le gangster choisit de devenir informateur du FBI et révèle les dessous de l’affaire. Burke écope de 12 ans de prison, Kuhn de 10 ans, les frères Perla de 10 et 4 ans, Mazzei 10 ans, Vario de 4. Sweeney fut acquitté. Hill, lui, a continué à mener une vie de crime jusqu’à sa mort en 2012.

Enorme affaire médiatique, le Boston Point Shaving Scandal a secoué à jamais le monde du basket. De telles combines n’appartiennent malheureusement pas au passé. Fin 2019, un soldat de la famille Colombo était mis derrière les barreaux pour avoir truqué des matchs NCAA… Les intéressés peuvent se diriger vers Michael Franzese, ancien caporegime surpuissant de la Famille, qui expliquait dans un récit glaçant comment il mettait les joueurs dans sa poche

Buzz NBA 24/24

Les dernières actualités