NBA – L’anecdote dingue sur un pick-up game entre Magic Johnson et Wilt Chamberlain

Les deux légendes NBA Wilt Chamberlain et Magic Johnson sous le maillot des Los Angeles Lakers
Dick Raphael / Stephen Dunn

Amoureux du basket, Magic Johnson se rendait souvent dans les installations de UCLA pour y disputer quelques matchs d’exhibition. À une occasion, il a pu y affronter un Wilt Chamberlain retraité depuis déjà bien longtemps. La suite des événements se veut tout aussi épique que la stature des deux légendes le laisse présager.

Publicité

Avec un calendrier de plus en plus surchargé au fil des ans, les joueurs NBA bénéficient de peu de temps libre lors duquel ils peuvent s’adonner à l’activité de leur choix. Et lorsqu’ils ont quelques heures devant eux, il est logique que la plupart décide de ne pas les accaparer en jouant au basket, et plutôt de vider au maximum leur esprit.

Les légendes de la ligue, souvent considérées comme de réels amateurs de la balle orange, profitaient quant à elles de chaque minute à elles pour s’adonner à un petit match. Michael Jordan, par exemple, bénéficiait d’une clause, intitulée « For The Love of the Game », qui lui permettait de combler sa frustration dans ce domaine à n’importe quel moment.

Publicité

Magic Johnson, que His Airness a affronté à plusieurs reprises, faisait lui aussi partie de cette catégorie de joueurs incapables de délaisser les parquets pendant une trop longue période. Souvent présent sur les terrains de UCLA pour y affronter quiconque s’y trouvait, il s’est une fois retrouvé à jouer devant les yeux du mythique coach Larry Brown.

Publicité

Quand j’étais coach à UCLA, il venait souvent jouer des matchs à la salle de l’université, et c’est lui qui faisait les équipes. Un soir, j’ai regardé le match, et il y avait d’un côté Wilt Chamberlain avec 4 de mes freshmen, et de l’autre, Magic, Bernard King, James Worthy, Byron Scott et A.C. Green.



Les plus attentifs et renseignés auront soulevé que Wilt a fait ses adieux à la NBA en 1973, tandis que Magic ne l’a rejoint que 6 ans plus plus tard, en 1979. C’est donc face à un retraité de longue date, et 4 prospects de 19 ans à peine que s’est retrouvée une partie de l’effectif « Showtime » des Lakers ce soir-là. Logiquement, Magic s’est retrouvé avec le ballon de la gagne entre les mains, et a envoyé un skyhook… contré par Chamberlain.

Publicité

Magic a tout de suite annoncé que le match était fini. Wilt a dit : « Ce n’était pas un goaltending ! Le contre était clean ! » Magic a pris le ballon et a dit : « Game over. Au suivant. » Et Wilt m’a demandé ce que j’en pensais. J’ai dit que c’était un contre légal, et Magic a répondu : « À ton avis, tu pensais qu’il allait te dire quoi ? C’est ses joueurs ! »

Face à cette situation que tout le monde a déjà connu, l’ancien pivot a imaginé une solution pour régler l’affaire. Et s’est chargé de calmer son prestigieux adversaire.

Wilt a dit : « OK. On va jouer un match en 12 points gagnants, le vainqueur reste, et il n’y a plus un seul tir qui va entrer dans ce panier. » Il a bloqué TOUS. LES. TIRS. À 43 ans. Il contrait absolument tout. C’était incroyable.

Publicité

Ce n’est donc pas un hasard si, en 1989, et alors qu’il s’approchait de la cinquantaine, Wilt s’est vu proposer un contrat par une franchise NBA. Malgré son âge avancé, l’intérieur de légende restait un athlète hors norme, et un joueur tout à fait capable d’avoir un rôle dans la ligue. Cette anecdote mémorable face à un Magic déjà star de la ligue l’illustre bien.

Empêcher le mythique effectif des Lakers des années ’80 d’inscrire ne serait-ce qu’un seul panier, ça n’avait rien d’insurmontable pour un Wilt Chamberlain sur qui la retraite et le temps n’avaient aucun effet.

Les dernières actualités