NBA – La déclaration très étonnante de Barkley sur The Last Dance et les Bulls de Jordan

Alors que le premier confinement a été marqué par The Last Dance, qui a occupé nos pauvres âmes en manque de basket, Charles Barkley a livré un avis plutôt étonnant sur les Bulls des années 1990. Toujours à contre-courant, le Chuckster.

Publicité

Si le statut légendaire des Bulls des années Michael Jordan n’était déjà pas assez ancré dans l’histoire, The Last Dance s’est assurée d’enfoncer le clou. Toutes les époques de l’ère MJ à Chicago ont été évoquées, mais le plus gros du focus s’est concentré sur le deuxième three-peat, acquis autour du trio composé par Jordan, Scottie Pippen, Dennis Rodman et des role players comme Toni Kukoc, Ron Harper ou encore Steve Kerr.

Avant ça, le premier three-peat avait été remporté avec une équipe totalement différente, à l’exception évidemment du duo star. Horace Grant, John Paxson et Bill Cartwright sont par exemple autant de noms qui viennent en tête. Et pour Charles Barkley, contrairement à l’avis du plus grand nombre, c’est bien cette escouade là qui était la plus dangereuse.

Publicité

Invité du podcast « Hangin With Hurt », le Chuckster, fidèle à lui-même, n’a pas manié la langue de bois :

The Last Dance s’est surtout focalisée sur l’ère Dennis Rodman, mais pour moi l’équipe était meilleure quand ils avaient Horace Grant. Parce que laissez-moi vous dire un truc : Michael, Scottie et Horace sont les 3 meilleurs défenseurs que j’ai vus dans une même équipe de ma vie.



Grant, dépeint comme la « snitch » dans le documentaire, appréciera le compliment de Sir Charles. Il est vrai que là où Rodman excellait surtout au rebond et par son sens inné du placement pour capter le cuir, Grant était meilleur sur les autres aspects défensifs, notamment sur la rigueur, les déplacements latéraux et la communication.

Publicité




D’ailleurs, quand l’ailier-fort a rejoint le Magic après son ère Bulls, il a joué un rôle crucial dans la série perdue par les Bulls en 1995, gâchant le retour de Michael Jordan en NBA. Finalement, que Barkley ait raison ou non, on peut en tout cas se féliciter qu’il mette en lumière cet excellent joueur, trop souvent sous-coté :

Publicité

Charles Barkley était plus impressionné par l’équipe du premier three-peat, et pour cause : c’est elle qui a ruiné sa saison MVP en 1993 en battant ses Suns 4-2 en Finales. Au moins, le Chuckster n’est pas mauvais perdant.

Feed NBA 24/24