NBA – L’hallucinante différence entre la saison 2003-2004 et aujourd’hui

Kobe Bryant et Allen Iverson en plein trash-talking
(DR)

Quand on voit le spectacle proposé sur les parquets, on oublie parfois à quel point le jeu peut changer rapidement. Il y a 10 ans encore, personne n’aurait imaginé que le 3 points deviendrait l’arme n°1 des joueurs et des équipes… Une stat illustre d’ailleurs bien la différence entre le jeu actuel, et celui de 2003-2004. Le chiffre est hallucinant.

Publicité

La saison 2003-2004 était incroyable a bien des égards… Pour commencer, qui aurait pu penser que les Lakers du quatuor Shaquille O’Neal, Kobe Bryant, Gary Payton, et Karl Malone se feraient battre en Finales ? Qui plus est face à une équipe des Pistons au style de jeu si peu spectaculaire, et dans laquelle Rasheed Wallace, le facteur X, est arrivé en cours de saison !

Surtout, Detroit s’est imposé en suivant un schéma de jeu plus revu depuis, ou du moins pas aussi poussé à l’extrême. Cette saison là, les champions n’inscrivent que 90.1 points de moyenne par rencontre, ce qui en ferait la pire attaque aujourd’hui, et de très loin. En revanche, ils n’autorisent que 84.3 points à leurs adversaires, soit 19 de moins que les Cavaliers, meilleure défense de NBA en 2021 !

Publicité

En fait, le sacre des Pistons est la parfaite illustration de l’anomalie offensive qu’a connu la ligue en 2003-2004. Les meilleurs joueurs de l’époque s’appelaient Kevin Garnett, Tim Duncan, Kobe, Shaq, Vince Carter, Allen Iverson… Et pourtant, aucun d’eux n’a réellement brillé en attaque. La preuve avec une statistique qui parait aujourd’hui absurde.



Sur cette saison si particulière, un seul joueur a réussi à dépasser les 25 points de moyenne ! Il s’agit de Tracy McGrady et ses 28 points avec le Magic ! Il était d’ailleurs loin devant Kevin Garnett et Peja Stojakovic, qui se sont partagés la seconde place avec 24.2 points par match. À titre de comparaison, ils étaient 12 au dessus de cette barre en 2019-2020 !

Publicité

En fait, Allen Iverson était aussi à 26.4 points marqués, mais il n’a pas disputé assez de matchs cette saison là pour être réellement considéré dans le classement. Toujours est-il que moins de 20 ans après, voir si peu de joueurs tutoyer les 25 points par match est totalement hallucinant ! T-Mac ne s’en plaint sans doute pas, puisque cela lui a permis de remporter son second titre de meilleur marqueur consécutif.

Publicité

Quand on voit les chiffres, et le champion, il faut bien se rendre compte qu’à l’époque, la défense était l’une des grosses priorités de chaque équipe. 28 points à l’époque correspond à peu près à ce que réussissent les meilleurs attaquants actuels.

Les dernières actualités