Publicité

NBA – Malone dégoupille envers un joueur qui s’est mis par terre face à Jordan

Karl Malone et Michael Jordan lors d'un affrontement entre le Jazz et les Bulls
(DR)

L’aura de Michael Jordan est connue de tous, et elle a atteint des sommets assez invraisemblables durant les années 1990. Preuve avec une histoire en date des Finales 1997… histoire que Karl Malone n’a absolument pas digérée.


Publicité

Il fut une époque, au summum de la gloire des Bulls, où Michael Jordan était si charismatique et inhumain qu’il en exerçait une aura sur tout le monde, arbitres et adversaires inclus. Les histoires en la matière ne manquent pas : entre les officiels qui quémandaient des paires de Jordan, ceux qui laissaient MJ arbitrer et Charles Barkley corrompu en pleines Finales 1993, le compte est bon.

A tous ces récits, il tient désormais d’ajouter celui de Karl Malone, invité du podcast de Player’s Tribune récemment. 24 ans après les Finales 1997, le Mailman est toujours fâché envers un de ses coéquipiers, qui est tombé dans le fameux piège de l’adoration de Sa Majesté, alors même qu’il luttait pour le vaincre… Malone se souvient :

Publicité

J’ai encore la haine d’avoir eu un coéquipier qui a eu un petit garçon né pendant les playoffs. Il a a acheté des chaussures, et il les a envoyées à MJ pour qu’il les signe. Vous savez ce que Michael a fait ? Comme un patron, il lui a dit : « On va vous botter le cul au Game 4 ».



Il en faut évidemment plus pour attendrir Michael Jordan, qui a vu là l’aubaine de prendre un ascendant psychologique facile sur un de ses adversaires. Malone poursuit :

Alors oui il a mal joué dans le Game 4, on les a battus (78-73, ndlr), mais j’étais énervé pour le restant de la série. Genre, fais ce genre de merde pendant la off-season ! Cet enfoiré est en train de te botter le cul, et tu veux son autographe pour ton fils ?

Publicité




Je pense tout le bien du monde de ce mec, et je l’apprécie aujourd’hui encore, mais c’était Antoine Carr. Et ça me fout encore les boules.

Joueur de banc du Jazz, Carr n’a plus dépassé les 4 points sur les 3 derniers matchs de la série, après avoir demandé les chaussures dédicacées à Jordan. Au final, les Bulls ont évidemment plié l’affaire en 6 matchs, s’adjugeant un 5ème titre en 5 Finales… avec un 5ème FMVP pour His Airness.

Publicité

Pour espérer battre Michael Jordan, il fallait ne surtout pas tomber dans le piège de son incroyable aura magnétique. Antoine Carr s’est laissé happer, et il en a payé le prix.

Feed NBA 24/24