Publicité

NBA – Quand Jordan lâchait sauvagement la vérité sur la vraie taille de Rodman

Quand Jordan lâchait sauvagement la vérité sur la taille de Rodman
Andy Lyons / Allsport

Si vous avez vu le documentaire The Last Dance, ou bien que vous êtes un aficionado des Bulls des années 90, vous connaissez la relation spéciale qu’entretenait Michael Jordan avec ses coéquipiers à cette époque. MJ était très cash et franc envers eux… y compris Dennis Rodman, qui s’était salement fait chambrer par Sa Majesté !

Publicité

L’image que l’on se fait de Michael Jordan dans un vestiaire, et qu’il entretient savamment, est celle d’un leader impitoyable et parfois tyrannique envers ses coéquipiers. MJ était un compétiteur maladif qui poussait tout le monde au même niveau d’exigence que le sien, au point de se mettre à dos certains joueurs de sa propre équipe.

Pour autant, Sa Majesté était également capable de se montrer plein d’humour et de répartie : sur le terrain avec des séquences de trash-talking iconiques évidemment, mais également en dehors, notamment dans les médias. Invité sur le plateau de The Tonight Show With Jay Leno en 1997, le mythique n°23 en a profité pour envoyer une petite punchline moqueuse sur la taille de Dennis Rodman, alors coéquipier de MJ :

Publicité



C’est le meilleur rebondeur de la ligue, il mesure 1.98m, il doit faire un peu moins de 100 kg, c’est sa taille. La plupart des gens pensent qu’il mesure 2.05m et fait 110 kg. Mais ça, c’est quand il porte des talons (rires du public)… Ne lui dites pas que j’ai dit ça !

Publicité




Même en donnant un compliment, Jordan est obligé d’envoyer un taquet à Dennis Rodman ! Il faut dire qu’en 1997, MJ se donnait beaucoup de mal pour tenter de maintenir l’ancien Bad Boy des Pistons à un niveau de concentration suffisant. Quand on connait par exemple l’escapade olé-olé entre Rodman et Carmen Electra au centre d’entrainement, ou encore sa tentative de suicide avortée d’extrême justesse, on comprend pourquoi…

Bref, pour un maniaque de travail comme Michael Jordan, il n’a pas dû être simple de canaliser la folie du meilleur rebondeur de la ligue et lui faire penser au basket. Connu pour ses excentricités et son caractère déluré, The Worm a donné du fil à retordre à son franchise player et à son coaching staff. Mais c’était le prix à payer pour bénéficier de l’apport d’un des meilleurs défenseurs de tous les temps.

Publicité

Michael Jordan ne réservait pas le trash-talking que pour ses adversaires : Black Jesus chambrait tout le monde même l’imprévisible Dennis Rodman. En même temps, la punchline est plutôt sympa…

En direct : toute l'actu NBA