NBA – Le guide de Gary Payton pour défendre et éteindre Michael Jordan

Michael Jordan et Gary Payton en plein trashtalk
The Undisputed (DR)

S’il y a bien un joueur qui a refusé de s’agenouiller devant Michael Jordan à son zénith, c’est Gary Payton. Le pitbull des Sonics a tout fait pour mettre des bâtons dans les roues de Sa Majesté, avec un succès indéniable. Il raconte comment MJ devait être défendu pour tenter de le rendre mortel.

Publicité

Dans les années 1990, Michael Jordan avait un tel talent, une telle aura, un tel charisme et une telle emprise sur la ligue que plusieurs joueurs, inconsciemment, baissaient les bras face à lui. Ron Harper, qui l’a affronté avant d’être son coéquipier pour le second three-peat, se souvient :

Mike ne t’intimidait pas juste pendant le match. Tu y pensais le soir précédent, avant de t’endormir ! Tu savais que avais tout intérêt à bien dormir, parce qu’il allait débarquer pour t’éclater. Un soir on allait l’affronter le lendemain, et il nous a invités chez lui pour jouer aux cartes. Il n’arrêtait pas d’essayer de me parler, mais je ne disais rien, je regardais droit devant, juste « hey ça va Mike ? » Il m’a demandé ce qui n’allait pas, et je lui ai dit : « Rien, je préfère juste ne rien dire qui puisse t’offenser parce que sinon demain tu vas me massacrer ».

Publicité

Mais si le spectre Jordan faisait effet sur une bonne partie de la ligue, Gary Payton était le leader des récalcitrants. Jamais le dernier pour relever des défis, si possible en trash-talkant au maximum, GP n’a jamais eu peur de Sa Majesté. Mieux, il attendait les défis face à lui avec une immense impatience.

De tous les duels entre les deux hommes, l’histoire retient surtout l’affrontement en Finales 1996. Oui, les Bulls ont été champions (4-2) et Michael Jordan élu MVP des Finales. Mais dans cette série, le numéro 23 des Bulls a sué comme jamais, compilant son pire pourcentage all-time en Fniales (41.5%) et son 2ème plus haut total de turnovers sur la plus belle des scènes (3 par match). Merci qui ? Merci Gary.



The Glove raconte sa technique :

Il n’avait pas de vraie faiblesse. Ce qu’il fallait, c’est un gars qui lui rentre dans le lard, et pas qu’un peu. Ce que moi je faisais, c’était le faire bosser. Le faire bosser ne serait-ce que pour recevoir la balle. Les gens étaient trop soft, ils lui laissaient avoir le ballon, et ensuite il pouvait te tuer. Alors que le but c’est le fatiguer, l’user, et de l’autre côté du terrain il doit te défendre parce qu’il prenait le challenge un-contre-un très à coeur.

Publicité




Dans les faits, Payton s’est donné pour mission de tout rendre difficile pour Jordan pendant 48 minutes, même le simple fait de récupérer le ballon en début de possession. Une stratégie payante, illustrée mieux que jamais lors du Game 4 largement remporté par les Sonics. Jordan avait fini à 23 points à 6/19 au tir, Payton à 21 points et 11 passes à 7/15 au tir. Régalez-vous, avec une intensité et des contacts qui ne sont désormais plus qu’un souvenir :

Publicité

Michael Jordan a eu beau exploser de rire devant Gary Payton dans The Last Dance, GP a bel et bien été un de ses plus coriaces challenges défensifs. Et son intensité de ce côté du terrain fait cruellement défaut dans la NBA moderne.

Chicago Bulls Gary Payton Michael Jordan NBA 24/24

Feed NBA 24/24