NBA – Comment le Heat a sorti une masterclass dans le dossier Victor Oladipo

NBA Victor Oladipo Rockets transfert Miami Heat
(DR)

Après quelques mois à peine dans le Texas, Victor Oladipo a déjà fait ses bagages ce jeudi soir pour rejoindre la destination de ses rêves : la Floride, et plus précisément le Heat. Un move rendu possible par la masterclass de Pat Riley, qui s’est joué des Rockets.

Publicité

Ce jeudi soir, les Rockets ont sans doute perdu gros. Il y a quelques mois, la franchise était forcée d’échanger James Harden, désireux de rejoindre un prétendant au titre. Les dirigeants ont tenté de trouver le meilleur deal, et ont récupéré notamment Caris LeVert. Mais surprise, ce dernier est parti à Indiana, en échange de Victor Oladipo.

À ce moment-là, on comprend que les Texans n’ont pas envie de jouer les fonds de la conférence Ouest. Avec John Wall et Christian Wood, le front office veut continuer à gagner : la série de 20 défaites de suite est rapidement venue les calmer. C’est alors que le trade d’Oladipo est devenu inévitable.

Publicité

Un échange concernant un prochain choix, Kelly Olynyk et Avery Bradley : voilà ce que le Heat a lâché pour récupérer l’arrière. Une broutille, surtout quand on sait que les Rockets avaient LeVert l’espace d’un instant après le trade du Barbu. Un agent NBA est revenu sur les négociations, et c’est ce qu’on appelle une masterclass dans le jargon.



Un agent NBA sur le trade de Victor Oladipo au Heat :

‘Miami a joué ça à la perfection. Ils ont attendu le dernier moment, les Rockets demandaient Duncan Robinson. Le Heat a attendu, et Houston savait qu’il allait perdre Oladipo contre rien. Grosse victoire pour Pat Riley. »

Publicité




Quand on voit la contrepartie envoyée, on peut croire cet agent, assurément. Les Rockets avaient des demandes, mais ils n’étaient pas en position de force avec le statut d’agent libre à venir pour Oladipo. Pat Riley en a profité pour humilier le front office adverse, et pas qu’un peu.

Au final, Oladipo était là pour remplacer Harden. Mais les Rockets se retrouvent avec des picks peu élégants, et des vétérans à la place de jeunes joueurs prometteurs. Une catastrophe pour la franchise texane, qui va peut-être devoir opérer rapidement un coup de balai au sein du front office.

Publicité

Pour les Rockets, c’est l’humiliation quand on fait le résumé des trades de ces derniers mois. Pat Riley a porté le coup de grâce, et c’est tout le Heat qui peut se frotter les mains de cette belle affaire.

Feed NBA 24/24