Publicité

NBA – Après l’énorme polémique et les propos hargneux de Beal, Bazemore répond

L'arrière des Golden State Warriors, Kent Bazemore, a répondu à la star des Washington Wizards, Bradley Beal, qui n'avait pas apprécié sa mauvaise blague le concernant
Nick Wass

Le feuilleton né suite aux propos de Kent Bazemore au sujet de Bradley Beal n’en finit plus de secouer la planète NBA. Face au buzz engendré par sa sortie, et à la réaction de sa cible, le joueur des Warriors a de nouveau pris la parole.

Publicité

Toute cette histoire en ferait presque oublier la belle dynamique dans laquelle se trouvent les deux franchises, au même titre que leur star respective. Pendant que Wizards et Warriors confirment petit à petit leur participation au play-in grâce à Russell Westbrook et Stephen Curry, Kent Bazemore et Bradley Beal s’échangent des amabilités par médias interposés.

Auteur de la première salve, le joueur du banc de Golden State n’a pas tardé à voir son nouvel adversaire favori riposter. Ce dernier a ainsi employé les grands moyens, et a multiplié les tweets ravageurs à son encontre. La situation s’est donc rapidement envenimée, ce qui a laissé Bazemore… perplexe, comme il l’a dévoilé ce mardi.

Publicité

Il faut croire qu’on n’a plus le droit de blaguer… Bref. J’estime être plutôt un gars jovial. Je ne fais pas de vagues. Je ne dis rien qui pourrait créer des remous. Eh mec, si tu veux savoir en qui je place ma loyauté, c’est en Steph Curry. Tous ceux qui tentent de le rattraper, ça va être dur. Bref. Ça a un peu dégénéré.

Publicité

Je n’ai pas regardé mon portable de toute la journée, parce que ça explose un peu, et je ne veux pas suivre tout ça. Je vais rentrer chez moi, aimer ma femme, regarder Peaky Blinders et aller me coucher. J’ai du boulot à faire demain.

Mais avant de retrouver les parquets la nuit prochaine pour affronter les Suns, l’arrière de 31 ans a dans un premier temps été interrogé sur sa volonté de prendre contact avec Beal pour s’expliquer. Sa réponse se veut limpide.



Il n’y a pas grand chose à expliquer. Je rigolais. J’ai dit ça en plaisantant, de façon légère. Ce n’est pas comme si j’avais dit que j’espérais qu’il n’y arrive pas. Il est déjà éliminé de la course (pour le titre de meilleur scoreur, ndlr). Je ne lui souhaite rien de mauvais. C’était juste un commentaire. Mais c’est le genre de monde dans lequel on vit maintenant, un peu sensible, et qui me fait passer pour le mauvais gars.

Publicité




Qu’importe. J’encaisse les coups, je garde la tête baissée, et je continue ma route. Ce sera probablement terminé demain. Je vais me réveiller, et tout sera redevenu comme avant. Je n’ai pas le temps pour toute cette m*rde de Twitter.

Beal, lui, ne souhaite visiblement pas voir de dossier refermé aussi facilement, puisqu’il a de nouveau fait part de sa frustration.

Publicité

Je n’ai pas apprécié. Je n’ai pas apprécié sa dernière sortie. Mon ischio-jambier n’a rien à faire dans ce genre de paroles. Je me suis blessé à cette zone, et le fait de voir quelqu’un s’en amuser, je ne l’ai pas bien accueilli. Durant mes 4 premières saisons, j’étais très souvent blessé. Donc je tire de la fierté du fait d’être en bonne santé et disponible pour mon équipe. Ne rigolez pas d’un truc qui n’est pas marrant.

Malgré les tentatives d’accalmie de Kent Bazemore, le ton ne risque visiblement pas de s’apaiser entre Bradley Beal et lui. La star des Wizards n’appréciant que très peu les traits d’humour sur sa blessure.

Feed NBA 24/24