Publicité

NBA – Un joueur de la Dream Team 1992 donne sa vision cash de Team USA et de ces JO

Dream Team NBA gang france
(DR)

Il y a moins de 30 ans, la Dream Team de 1992 déferlait sur Barcelone, enchainant les cartons et marquant l’histoire à tout jamais. Depuis, le paysage a bien changé… et la réalité aussi pour Team USA. Une légende de la fameuse escouade originelle des JO de Barcelone donne son avis sur la question.

Publicité

« Je ne connais rien à l’Angola, mais je sais qu’ils sont dans la merde ». Il était un temps où Charles Barkley pouvait balancer cette phrase face à la presse à la veille du match, puis aller battre cette même Angola 116-47 (!), dans ce qui demeure une des plus grosses corrections de l’histoire des JO. Seulement voilà : ce temps-là est révolu, et l’héritage de la Dream Team est parfois (trop) lourd à porter comparé aux attentes.

C’est du moins ce que pense Patrick Ewing, qui figurait parmi les 12 noms légendaires qui ont roulé sur la concurrence lors d’un bel été barcelonais de 1992. Interrogé par le New York Post, l’ancienne gloire des Knicks a eu des propos très justes sur la situation actuelle :

Publicité

Je suis évidemment derrière coach Popovich et Team USA. C’est plus dur pour les joueurs américains de jouer les JO maintenant à cause de la Dream Team. Tous les joueurs actuels ont grandi en nous admirant et en nous voyant démolir la concurrence. Mais le reste du monde a rattrapé son retard.



Il y a tellement de joueurs talentueux sur la planète. Certains des meilleurs joueurs NBA actuels viennent du monde entier. Ce n’était pas comme ça à notre époque.

Ewing soulève ici une question très intéressante : celle du poids que la Dream Team 1992, involontairement, met sur les épaules des joueurs américains actuels.

Publicité




Certes, l’effectif de Chuck Daly était tout bonnement ahurissant, avec Michael Jordan, Larry Bird, Magic Johnson et consorts. Mais cette équipe a affronté une concurrence beaucoup plus modeste, à une époque où le basket ne s’était pas globalisé et où les écarts de niveau étaient énormes. L’imaginaire collectif, pourtant, retient cette domination, et aimerait la voir perdurer.

C’est néanmoins impossible au vu de l’émergence de nombreux pays de basket, qui comptent désormais dans leurs rangs certains des meilleurs joueurs du monde. L’attente qui pèse sur les joueurs de Team USA est donc différente de la réalité, et le revers face à la France en ouverture de l’Olympiade l’a rappelé. En bref, il faut être solide mentalement pour faire partie du roster et affronter les critiques du grand public à la moindre défaite.

Publicité

La Team USA immortelle, c’est un mythe voué à disparaitre dans les prochaines années. Les fans américains ne l’ont pas encore bien intégré, d’où un décalage entre les attentes et la réalité, et le flot de critiques qui en découlent. Ecoutons plutôt les paroles sages de Patrick Ewing.

Feed NBA 24/24