Publicité

NBA – « Ok, je ne t’embêterai plus jamais » : le joueur qui a fait s’écraser Gary Payton

Gary Payton trash talking
(crédit : DR)

Au panthéon des plus gros poils à gratter de l’histoire des parquets NBA, Gary Payton n’avait peur de rien ni personne… jusqu’au jour où une légende l’a brutalement remis sur terre. Et on comprend pourquoi ça a dû piquer si fort.

Publicité

Quand on parle trash-talking et old school, il est tout bonnement impossible de ne pas mentionner un certain Gary Payton. Grand parleur devant l’éternel, GP s’est taillé une réputation colossale dans la ligue, frôlant même la consécration lors des Finales 1996 en poussant Michael Jordan à sa pire prestation sur la plus belle des scènes malgré la victoire des Bulls.

Un joueur, pourtant, a fait taire le sulfureux meneur des Sonics de la meilleure des manières. Son nom est Larry Bird, considéré par beaucoup (dont MJ) comme le plus grand trash-talkeur de tous les temps, et plus globalement le bonhomme le plus sans pitié à avoir posé le pied sur un terrain de basket. C’est pourtant au crépuscule de sa carrière, au début des années 1990, que Larry Legend s’est occupé du cas de Payton.

Publicité

Très diminué par de multiples blessures, opérations et par l’âge, Bird a réussi à maintenir un très gros niveau, assorti d’un verbe toujours aussi assassin. GP se souvient :

Il était sur la fin, vraiment. On les jouait au Boston Garden, et il m’a dit : « Gamin, je vais te dire un truc. Je vais me lever où je veux sur ce terrain. T’es sensé être un grand défenseur, donc je vais te dire d’où je vais shooter ». J’étais genre : « N’importe quoi mec, qu’est-ce que tu racontes ? »



Il a continué : « Je vais t’emmener dans le coin ici, et je vais te donner un truc. Un jumper sur la tête ». Donc on joue, je suis en défense sur lui, et il se dirige comme prévu vers le fameux coin. Il dit : « Gamin, je t’ai dit que j’allais faire quoi déjà ? » Il enclenche, tire : ficelle. J’étais genre : « Putain de merde, je ne t’embêterai plus jamais ».

Publicité




Une masterclass de plus dans l’escarcelle de Larry Bird, déjà réputé pour toutes les savoureuses histoires de trash-talking qui circulent sur lui. Payton, de son côté, en a gardé un respect encore plus profond pour la légende des Celtics :

Il savait que j’étais plus petit que lui, et il savait comment me positionner pour créer de l’espace. Il savait comment me neutraliser, et ça s’appelle tout simplement être intelligent et maîtriser son sport.

Publicité

Immense légende trop souvent sous-cotée, Larry Bird, même sur sa fin de carrière, a mis à l’amende un Gary Payton à son prime. Voilà qui en dit long sur qui était le mythique numéro 33 des Celtics.

En direct : toute l'actu NBA