Publicité

NBA – 15 ans, 4 équipes, 0 série de playoffs : le joueur le plus poissard

LeBron James se voit à nouveau critiqué par Skip Bayless.
DR

Tandis que certains joueurs comme LeBron James dispute régulièrement les Finales, d’autres ont déjà du mal à atteindre les playoffs. C’est notamment le cas d’un vétéran de la ligue, qui n’a encore jamais remporté de série éliminatoire ! Ça commence à faire long…

Publicité

Si à presque 35 ans, il n’a plus le même niveau que pendant ses jeunes années, Rudy Gay n’en reste pas moins un client très sérieux des années 2000-2010. On parle après tout d’un ailier ayant tourné à plus de 18 points de moyenne pendant huit campagnes de suite, ce qui n’est pas rien pour la ligue de l’époque. En plus de ça, le bonhomme s’affichait régulièrement via des highlights endiablés :

Publicité

Un athlète incroyable donc, doublé d’un scoreur assez prolifique. Au total, Gay a inscrit la bagatelle de plus de 16 900 points en saison régulière. Ce dernier détail est assez important, car s’il a régulièrement su marquer au sein de ses équipes, le vétéran n’a à ce jour quasi aucune expérience des playoffs. En fait, on pourrait pratiquement parler de chat noir…



Pour faire simple, malgré une quinzaine d’années en pro et pas moins de quatre franchises au compteur, The Great Rudini n’a tout simplement jamais gagné une série en post-season ! S’il a commencé sa carrière du côté des Grizzlies Grit & Grind, ce n’est qu’après son départ que les Marc Gasol, Zach Randolph et autres Mike Conley ont réellement explosé sur la scène de la ligue. Voilà qui est bien cruel… surtout quand on voit la suite de sa carrière.

Rudy Gay n’a jamais gagné une série de playoffs de sa vie

Publicité

Après Memphis, il a ainsi atterri à Toronto, où il n’est toutefois resté qu’une cinquantaine de matchs avant d’être échangé à Sacramento en 2013-14. Après ça, les Raptors ont subitement commencé à jouer les premiers rôles à l’Est, tandis que le pauvre joueur se morfondait en Californie. Pire encore, lorsqu’il signe aux Spurs à l’été 2017, il passe tout juste après la retraite de Tim Duncan, qui a sonné le glas de la dynastie texane. Quand on vous parle de malchance !

La bonne nouvelle ? Il a de forte chance de conjurer le sort en 2022. Après quatre saisons du côté de San Antonio, il a rejoint le Jazz pour un bail d’un an. Dans l’Utah, il retrouve une équipe bien établie et surtout ambitieuse, menée par le duo Rudy Gobert – Donovan Mitchell. Les Mormons visent ouvertement une participation aux Finales, ce qui devrait le ravir. Il a bien mérité de remporter au moins une série, avant la retraite.

Publicité

Rudy Gay peut-il briser la malédiction qui le poursuit depuis maintenant quinze ans ? Voilà un feuilleton assez original à suivre au sein de l’univers NBA ! C’est à présent au Jazz de l’aider à y parvenir.

NBA 24/24

En direct : toute l'actu NBA