Publicité

NBA – « Je n’aime pas baver sur des joueurs, mais là… »

Giannis Antetokounmpo des Bucks
DR

Rares, très rares sont les joueurs qui font l’unanimité en NBA. Pourtant, Giannis Antetokounmpo est en train de se rapproche sérieusement de cette sphère raréfiée. La preuve avec les déclarations d’un de ses plus fervents rivaux…

Publicité

Giannis Antetokoumpo tourne à près de 27 points, 11 rebonds et 6 passes de moyenne… et son début de saison est pourtant jugé dans la catégorie « peut mieux faire ». C’est dire le niveau qu’a atteint le Greek Freak, lui qui peut se targuer d’avoir déjà accroché à son CV une bague de champion, deux titres de MVP et un de Défenseur de l’Année. Désormais, plus encore qu’avant, le colosse est craint partout où il passe.

C’est notamment vrai du côté de Philadelphie, un des rivaux majeurs des Bucks à l’Est. Dans la ville de l’amour fraternel, personne n’a oublié la série contre Milwaukee qui aurait pu voir le jour si les Sixers ne s’étaient pas écroulés face à Atlanta en demi-finale de conférence au printemps dernier. Au micro de Philadelphia Inquirer, Doc Rivers n’a ainsi pas mâché ses mots à l’égard de Giannis :

Publicité

Doc Rivers à genou devant Giannis, Ben Simmons taclé ?

Je n’aime pas trop baver sur les autres joueurs, mais ce qu’il a fait l’année dernière était incroyable… Ils ont perdu des matchs coup sur coup en playoffs, il était en galère sur la ligne des lancers. Ils vont en déplacement, 20.000 personnes font le décompte des secondes avant qu’il tire – même nous on le faisait quand on les affrontait ! – puis il trouve le moyen de gagner.



Il est le joueur le plus dominant de toute la NBA. Il rentre ses lancers francs. C’est presque comme s’il était défiant face à la situation.

Voilà des propos dithyrambiques, que certains internautes n’ont pas manqué de voir comme un tacle à un certain… Ben Simmons.

Publicité




Lors des derniers playoffs, l’Australien a en effet été l’inverse absolu de ce que Rivers décrit à propos de Giannis. Lancers ratés, pas de prise de responsabilité, écroulement sous la pression… Des échecs répétés qui ont poussé le coach de Philly à publiquement remettre en cause sa capacité à mener une équipe au titre après l’élimination. Depuis, les relations sont glaciales entre les deux hommes.

Antetokounmpo, lui, continue de cimenter sa place dans le panthéon de la ligue. Malgré le début de saison mitigé des Bucks, nul doute que ces derniers seront au rendez-vous au printemps, dans le sillage de leur impressionnant patron, que même les adversaires admirent – la preuve avec le Doc.

Publicité

Giannis n’a que 26 ans, et il est déjà à un niveau que Kevin Durant où LeBron James n’avaient pas encore atteint à cet âge-là. C’est dire si c’est prometteur pour les 8, 9 ou 10 années à venir…

Déclarations NBA 24/24

En direct : toute l'actu NBA