NBA – Le Français « survivant » que les Lakers voyaient mourir

La légende NBA des Los Angeles Lakers, Kobe Bryant, aurait aimé prendre sa retraite dans une autre équipe
Keith Allison (CC)

Les histoires et anecdotes inspirantes sont nombreuses dans l’histoire de la NBA, et certaines impliquent même des joueurs français. L’un d’eux a par exemple échappé à son destin fatal, et ainsi pu revêtir fièrement le maillot des Lakers.

Publicité

La probabilité de pouvoir un jour évoluer en NBA s’avèrent de nos jours infimes, et l’étaient encore plus pour les joueurs internationaux il y a une vingtaine d’années. À l’époque, les joueurs français devaient redoubler d’efforts pour attirer l’attention des scouts US, et obtenir leur place dans la ligue. L’un des rares présentant une bague de champion dans son palmarès aurait néanmoins pu voir son rêve anéanti d’une bien triste manière.

Le parcours héroïque et sans égal de Ronny Turiaf en NBA

Tandis que Tony Parker et Boris Diaw s’étaient déjà fait un nom outre-Atlantique, Ronny Turiaf débarquait en NBA lors de la Draft 2005. Sélectionné en 37ème position par les Lakers à sa sortie de NCAA, le pivot tricolore avait de quoi exulter. Or, des examens réalisées quelques semaines plus tard par sa franchise, et révélant un gonflement de sa racine aortique, ont mis en péril sa carrière dans la ligue. Basketball Mecca raconte :

Publicité

L’un des cardiologues qui a étudié Turiaf a déclaré qu’il y avait 75% de chance qu’il subisse un épisode fatal sur les trois prochaines années. « La manière traditionnelle avec laquelle se présente cette maladie, c’est quand une personne se met à saigner, perd connaissance et meurt. » Il a été dit à Turiaf que « le basket devait être le cadet de (ses) soucis » et qu’il pourrait ne plus jamais jouer.



Suite à un tel coup dur, nombreux auraient été les joueurs à perdre tout espoir d’évoluer un jour sur les parquets de la grande ligue. Et pourtant, Turiaf n’a jamais cessé de croire en ses chances. Les larmes aux yeux, il indiquait ainsi dans une conférence de presse :

Je ne vais pas décevoir ma famille. Je vais surmonter ça. Je reviendrai sur le parquet. Il va falloir qu’ils me tuent pour m’en empêcher.

Publicité

Également impactés par cette terrible nouvelle, les Lakers se sont retrouvés contraints d’annuler le contrat de leur jeune pivot… mais ont néanmoins décidé de conserver ses droits, au cas où sa guérison se déroulerait mieux que prévu. Grands seigneurs, ils ont même décidé de payer ses frais d’opération et d’hospitalisation, tout en le soutenant durant tout ce processus. Turiaf, lui, continuait de garder espoir :

J’ai dit à Mitch Kupchak d’amener un maillot à l’hôpital. Il est venu me voir, et j’avais des tubes dans la gorge — un peu partout en fait. Mais je lui ai dit, « Je vais porter ce numéro 21, je te le garantis. » Il ne m’a pas cru, je le sais.

Ronny a pourtant honoré sa parole, puisque six mois seulement après son passage sur le billard, il effectuait ses débuts en NBA sous les couleurs Purple & Gold. S’en est ensuite suivie la naissance d’une immense amitié avec Kobe Bryant, mais aussi la conquête d’un titre avec le Heat en 2012, aux côtés de LeBron James.

Publicité

Quasiment condamné, Ronny Turiaf a déjoué tous les pronostics médicaux, et a donc pu poursuivre une glorieuse carrière en NBA. Pas besoin de chercher plus loin pour trouver une magnifique source de motivation !

En direct : toute l'actu NBA