NBA – « Il m’a dit que si je me faisais un tatouage de plus, il me virait de la ligue »

Dennis Rodman et Allen Iverson ont démocratisé le tatouage en NBA
YouTube (DR)

Tout le monde a des tatouages aujourd’hui, surtout en NBA. Mais si cet art se développe et se démocratise, il n’a pas toujours eu une bonne image… La preuve, dans les années 90′, une star a failli se faire virer pour en avoir trop sur le corps. Le temps ont bien changé !

Publicité

Aujourd’hui plus que jamais, les tatouages sont acceptés par notre société, et même dans certains domaines professionnels. Alors évidemment, des réticents auront toujours du mal face à des bras recouverts ou des visages marqués, mais le fait est que le tattoo est majoritairement reconnu comme un art et surtout un moyen d’expression à part entière.

Sur les terrains de NBA ils sont d’ailleurs la norme aujourd’hui, puisque tous les joueurs ou presque en ont, dans des styles totalement différents. Stephen Curry a fait dans la sobriété avec des symboles discrets et une phrase en hébreux dont la signification est assez belle, quand une jeune star comme Deandre Ayton a misé sur la démesure pour un effet pas forcément réussi

Publicité

Dennis Rodman presque suspendu à cause de ses tatouages

Quoiqu’il en soit, pour en arriver là, il a fallu des précurseurs qui ont bravé les tabous et les interdits, et c’est notamment le cas d’Allen Iverson et surtout de Dennis Rodman. Dans les années 90′, l’intérieur des Pistons et des Bulls s’est fait remarquer avec son style unique, ce qui ne plaisait pas forcément au grand patron David Stern. Dans une interview accordée à l’humoriste Kevin Hart, le Worm est revenu sur une réunion assez dingue avec le commissionnaire.



J’ai commencé à me faire tatouer avant que n’importe quel autre joueur NBA ne pense à se faire tatouer. Je me souviens quand j’allais voir David Stern dans son bureau à New York, il m’a dit que si je me faisais un tatouage de plus, il me virait de la ligue… Il n’a fait que jeter de l’huile sur le feu, le soir même je me faisais un nouveau tatouage. J’ai continué, et j’ai fait des piercing aussi.

Publicité

Dennis Rodman a effectivement le corps recouvert de tatouages, et ils ne sont pas tous « délicats », on peut donc comprendre la colère de David Stern à l’époque, lui qui avait pour but ultime de redorer l’image de la ligue et de toucher à un public plus large. Pour vous donner une idée, l’intérieur des Bulls a une femme nue dans le dos, ce qui n’est pas forcément fait pour parler à un public familial…

Publicité

Aujourd’hui encore, à une période où le tatouage est accepté, Dennis Rodman serait un OVNI avec ses nombreuses pièces et ses piercings. Alors dans les années 90′, on imagine le choc chez les Américains « lambda » et chez David Stern.

Déclarations Dennis Rodman NBA 24/24

En direct : toute l'actu NBA